Accueil< La douleur

La douleur

Tout le monde est un jour ou l'autre concerné par la douleur, blessure, mal de dents, lombalgies opération chirurgicale... Toutefois, la difficulté à traiter la douleur vient du fait qu’elle est extrêmement subjective. Sa perception est influencée par notre culture, notre éducation et la façon dont on la subit, comme par exemple lorsqu’elle est associée à une maladie grave.

 

Deux grands types de douleurs : la douleur aiguë et  la chronique.

La première est consécutive à une stimulation et est en quelque sorte un signal d'alarme. Si je me brûle sur la plaque chauffante, la douleur me signalera le danger et me permettra d'adopter un comportement adapté (me soustraire à la maudite plaque ).

Les  douleurs chroniques, sont des douleurs qui s’installent, durent longtemps et envahissent complètement la vie quotidienne de celui qui souffre et de son entourage. Ce type de douleur, inutile et considéré comme une maladie en soi.

Cette douleur chronique a tendance à restreindre la liberté de la personne. Les gestes les plus anodins, les plus courants deviennent difficiles. La douleur chronique est fréquente et l'on reconnaît aujourd'hui son rôle destructeur sur la vie psychique mais aussi familiale, professionnelle et sociale.

La place de la sophrologie, pour ne pas rester seul dans la douleur...

Les techniques de sophrologie sont très recommandées pour la gestion de la douleur, mais ne se substituent en aucun cas à un avis et à un traitement médical.

 

 

La sophrologie induit des modifications neurophysiologiques, toniques, sensorielles, respiratoires et émotionnelles. Cela contribue grandement à diminuer l’anxiété et le stress face à la douleur et à augmenter son seuil de tolérance.


 

Grâce à des exercices spécifiques et appropriés, le patient apprend à faire face à sa douleur, à restaurer la confiance en lui et met en place de véritables stratégies d’adaptation psychocorporelles.