Accueil < Le blog

 

 

 

Le Blog Pause Détente: des astuces, des

 

conseils, des infos...Le stress en moins!

 

 

Le meilleur du blog chaque semaine dans la newsletter

Découvrez mon CD Sophrologie pour enfants 
7 séances pour les 4 / 11 ans pour mobiliser la confiance, la détente et le relâchement
Tarif préférentiel avec le code SOPHRO2017 : 10 euros + frais d'envoi.
https://pausedetente.jimdo.com/li…/sophrologie-pour-enfants/

 

ven.

30

déc.

2011

Bonne année

« Trouve la paix. Redécouvre les voluptés perdues. Deviens l’artisan de ton âme, le musicien de ton silence, l'écrivain de ton génie. » 

Georges Brassens -  

 

 

 

Pause détente et Bénédicte Flieller

Vous présentent ainsi qu’à vos proches

Une très belle année 2012 remplie de joies et de succès

0 commentaires

lun.

12

sept.

2011

Dossier sur la respiration dans La Vie n°3445

Je remercie Corinne Soulay de m'avoir interrogée sur la respiration anti stress pour le magazine LA Vie du 08 septembre 2011.

La respiration est un très bon outil anti stress, qui fait le lien entre le corps et l'esprit.

Le psychisme influe sur la respiration et vice versa, la "bonne repiration" influe positivement sur l'état de bien être.

Vous pouvez lire l'article ci dessous:

 

1 commentaires

lun.

12

sept.

2011

Stressé par la rentrée?

 

La fin des vacances, avec le retour au travail, la rentrée scolaire et la crise de le dette en trame de fond … Tout cela contribue à augmenter notre stress…. Voici quelques solutions rapides de relaxation pour diminuer la pression...


Exercice 1 : j’augmente toutes les tensions


Difficile de lâcher prise quand on est trop tendu, qu’à cela ne tienne, augmenter toutes les tensions et relâcher.

Installez-vous confortablement. Tendez les poings devant vous. Contractez très fort tout le corps : serrez les poings,  contractez les bras, les épaules, les jambes, les muscles du visage, la mâchoire,  fermez les yeux, bloquez la respiration.

Accentuez pendant quelques instants cette tension,  serrez encore plus fort, puis  relâchez. Ressentez bien la différence de tension. A renouveler trois fois de suite. Prenez bien conscience de cette détente.

 

Exercice 2 : je respire avec le ventre


J’inspire par le nez sur trois temps en imaginant un ballon qui se gonfle lentement dans mon ventre. Puis j’expire par le nez sur cinq ou six temps jusqu’à ce que le ballon soit dégonflé. À faire  pendant trois minutes. Se répéter : « rien à faire, juste laisser faire. »

 

Exercice 3 : de quoi j’ai besoin ?


Je réfléchis à la ressource dont j’ai le plus besoin pour me sentir bien : le calme, la détente, la confiance, le lâcher prise, l’énergie, l’harmonie ou l’équilibre.

J’associe cette ressource à mon souffle : j’inspire lentement sur trois temps. Puis je marque une pause pour penser à cette ressource dont j’ai besoin. Énergie, bonne humeur ou sérénité, j’expire longuement en imaginant que cette ressource se diffuse dans mon corps. A faire à tout moment, en voiture, dans une file d’attente, au supermarché…

4 commentaires

mar.

06

sept.

2011

Atelier affirmation de soi

Pour la deuxième année, je vous propose un groupe mensuel Affirmation de soi.

 

Pour qui ?

Cet atelier s'adresse à des personnes présentant des difficultés de communication, qui souhaitent développer leurs capacités psychosociales et leur estime de soi.

 

Pourquoi ?

 L’objectif principal est de permettre à chacun de développer et d’affiner ses différents modes d’expression et de communication (verbale et non verbale) afin d’optimiser l’affirmation de soi.

 

Un deuxième objectif est d’acquérir l’assurance et la sérénité nécessaire (savoir être) dans de nombreuses situations afin que les inévitables conflits d’idées et de points de vue n’aboutissent pas à un blocage de la relation ou ne dégénèrent pas en conflits.

 

Dans cette optique les séances s’articulent autour d’apports théoriques pour comprendre les enjeux et ce qui sous tend les relations et la communication, ainsi que d’exercices pratiques (jeux de rôle, mise en situation) dans un esprit de non jugement et de bienveillance.

 

Ce travail s'effectue en petits groupes de 10 participants  environ à raison d'une séance mensuelle de 2h, sur 10 mois. Le cours est sur deux niveaux, la première année initiation et la deuxième année perfectionnement.

 

A quoi ça sert ?

  • Apprendre à se respecter et respecter l’autre
  • Faire une demande
  • Faire et recevoir un compliment
  • Savoir dire non
  • Faire et recevoir une critique
  • L’art de la conversation
  • Se connecter à ses émotions et ses besoins (savoir y répondre)
  • Dépasser la peur de l’autre

 

En pratique :

  • Réunion d’informations le mardi 20 septembre à 20 H
  • Toutes ces cessions ont lieu  au Centre Interâges à Ste Tulle

 

2 commentaires

mar.

06

sept.

2011

C'est la rentrée!

J'aurai le plaisir de reprendre à partir du 27 septembre les cours collectifs de sophrologie que j’anime à Ste Tulle. 

Une formule bien être qui rencontre ses adeptes depuis plusieurs années. Chaque semaine, c'est une heure de décompression, comme un sas au milieu de l'agitation, à travers une série d'exercices faciles à faire debout, assis...ou couché (je reconnais que ces derniers ont la préférence des participants !).

Pas de prise de tête, on vient "comme on est". Une tenue de ville souple est suffisante. La reste du matériel est disponible sur place (tapis, coussins).

Le mardi de 10H30 à 12H hors vacances scolaires.

L'objectif de ce cours reste simple : une heure pour se détendre, à travers la pratique de différents exercices de  sophrologie et de relaxation.

Durant la séance rien n'est imposé, chacun suit son rythme et son niveau.

Au fil des séances,  les participants découvrent, intègrent et s'approprient les exercices de sophrologie pour les utiliser dans leur vie quotidienne. Les séances permettent d’aller à la rencontre de soi même et d’écouter l’autre dans sa ressemblance à soi et dans sa différence.  Chaque cours permet de découvrir 2 à 4 techniques faciles et toujours plaisantes, à ré-utiliser progressivement dans son quotidien : respirations, décontraction musculaire, canalisation des pensées, visualisations positives, détente mentale...

A quoi ça sert ?
- se calmer en peu de temps
- gérer son stress
- mieux s'endormir, ou se rendormir
- relâcher les tensions musculaires
- mettre à distances les pensées négatives
- mobiliser ses ressources
- augmenter son estime et sa confiance en soi

  • 1er cours offert*
  • Réunion d’informations le mardi 20 septembre à 10H30

Toutes ces sessions ont lieu  au Centre Inter Ages à Ste Tulle.
Tél. : 04 92 78 20 17
Demandez Emmanuelle ERREBIE

 

3 commentaires

mar.

26

juil.

2011

Se détendre après le travail

 Après les embouteillages, les démêlés professionnels ou un travail épuisant, le besoin se fait sentir d'évacuer tout ce stress de retour dans ses pénates. Pour profiter d'une bonne soirée, prenez donc un petit quart d'heure et exécutez quelques exercices de détente.

" Ces petits exercices ne rendent pas amorphe. Au contraire, ils dynamisent, explique Alain Héril, relaxologue. On ne perd pas de temps, on en gagne, car après on se sent plus performant, plus actif. " Voici 5 gestes à adopter illico.

 Libérez le corps

Soutien-gorge, chaussures, jupe étroite, cravate, costume étriqué "... du balai ! Retirez tout ce qui comprime le corps et rendez-lui sa liberté. Supprimez tout ce qui peut contraindre votre respiration.

 Respirez

Respirez amplement et profondément par le ventre ; en posant votre main sur l'abdomen. Il doit se soulever au fil de votre respiration. Attention à l'expulsion de l'air : " Les gens ont tendance à prendre beaucoup d'air et à relâcher assez vite, commente Alain Héril. Il faut compter deux temps pour inspirer et huit pour expirer. "

 Coupez l'image

Fermez les yeux. " 90% des informations passent par le visuel. Si on les coupe, le cerveau se régénère ", signale le relaxologue.


 Pensez positif

Allongez-vous et pensez à quelque chose d'agréable. Pas de censure, personne ne viendra vérifier ce qui vous passe par la tête. Chassez les images négatives. Vous pouvez faire le bilan positif de la journée : valorisez les moments stimulants, ne serait-ce que le souvenir d'un sourire. " Dès que l'on pense à quelque chose d'agréable, révèle Alain Héril, on sécrète des endomorphines, de la gamme des hormones du plaisir ".

 Etirez-vous

Le stress de la journée a resserré les muscles, il faut donc les étirer. Tirez les bras vers le haut. Agrandissez-vous... en douceur.



Bien sûr, il est important de lutter contre le stress dès le retour à la maison car les études sont nombreuses pour démontrer les méfaits de ce stress sur la santé.
C'est à tel point vrai, que les entreprises multiplient les actions pour prévenir ce stress au travail ou pour lutter contre des situations qui peuvent le générer.
Par exemple les nouvelles réglementations générales sur la protection du travail (RGPT) traitent les situations stressantes liées au harcèlement sexuel et moral sur un pied d'égalité.

Certaines règles de base permettent déjà d'organiser sa journée de travail en évitant du stress inutile. En tentant d'appliquer ces quelques règles simples et riches des conseils qui vous sont donnés dans cet article, vous êtes véritablement armé pour vivre une vie professionnelle épanouie.

 

1 commentaires

jeu.

20

janv.

2011

Gratitude

0 commentaires

jeu.

20

janv.

2011

Exercice de gratitude

Gratitude quotidienne:

Cette semaine, mettez chaque jour noir sur blanc au moins cinq choses qui vous inspirent de la reconnaissance. Dans cet exercice l'important est de rester vigilant , de ne pas s'en acquitter de manière routinière.

Gratitude : liste quotidienne.

j'éprouve de la reconnaissance parce  que: .....................................................................................

j'éprouve de la reconnaissance parce  que: .....................................................................................

j'éprouve de la reconnaissance parce  que: .....................................................................................

j'éprouve de la reconnaissance parce  que: .....................................................................................

j'éprouve de la reconnaissance parce  que: .....................................................................................

0 commentaires

mar.

11

janv.

2011

De l'art

La lumière d’un sourire, l’expression d’un visage : l’art consiste à voir que cela est beau, et non à simplement admirer un tableau peint par quelqu’un d’autre. Parce que nous avons oublié comment être bienveillant, comment regarder les étoiles, les arbres, les reflets dans l’eau, nous avons besoin de peintures ; par suite, l’art n’a aucun sens dans nos vies, si ce n’est comme sujet de discussion au club.

Ce n’est que l’intelligence créatrice, la compréhension créatrice, qui peuvent nous apporter une nouvelle culture, un monde nouveau et un nouveau bonheur.

(Krishnamurti, De la connaissance de soi)

0 commentaires

ven.

07

janv.

2011

De la gratitude, vous dites?

Deux poules Il fait beau. L’air est parfumé des mille senteurs du marché. Djoha et son ami Salem sirotent le thé du matin à la terrasse du bistrot. Ils parlent gravement des lois que tout honnête musulman doit respecter, coûte que coûte. - Aider son prochain, dit Djoha, voilà bien le commandement le plus sacré qui soit au monde. Comment pour-rais-je vivre en paix si mon voisin manque de tout ? - Et que fais-tu pour lui, mon frère ? - Admettons que j’aie deux maisons. S’il se trouve sans feu ni lieu, Je partage, ma foi l’exige. Salem en reste bouche ouverte. Une lueur d’admiration brille sous ses sourcils touffus. - Djoha, dit-il, tu ferais ça ? Tu donnerais une maison, de bon cœur, à un malheureux, sans rien demander en échange ? Son compagnon bombe le torse. - Evidemment. Je le ferais. J’ai deux champs, deux chevaux, deux ânes. Tu n’en as pas ? Prends, mon ami. Allah le veut, donc moi aussi. - Alors là, vraiment, tu m’épates. Je bois le thé avec un saint ! Ainsi n’importe qui, un mendiant de passage, frappe à ta porte, il te salue. « La paix sur toi, mon bon Djoha, donne-moi une de tes poules. » Et toi tu lui réponds : « Sers-toi. » - Ah non, Salem, pas une poule. Tu plaisantes ou quoi ? Tout de même, il ne faut pas exagérer. L’autre, l’air un peu égaré : - Quelque chose a dû m’échapper. Rectifie-moi si je me trompe. Tu étais d’accord, à l’instant, pour offrir à ton voisin pauvre un âne, un champ, une maison, et tu refuserais de donner une poule, même maigre, à un miséreux ? - Un peu de jugeote, Salem ! Tu sais bien que je n’ai qu’un âne, qu’un mauvais champ, qu’une maison, mais des poules, oui, j’en ai deux. Le problème est tout différent. (Henri Gougaud, Le livre des chemins)

1 commentaires

lun.

03

janv.

2011

Pour 2011, de la gratitude!!!

Vous trouvez la vie trop dure ? Cultivez la gratitude ! Tout au long de l’année je vous proposerai  un programme intéressant pour des résolutions bonheur en 2011...


La Gratitude est un état d’esprit permettant de reconnaître que l'on est redevable pour ce que nous possédons, pour ce que les autres font pour nous, pour ce qui nous entoure. C’est apprécier autrui, s’intéresser aux autres et admettre la valeur de l’autre. La gratitude est le sentiment qu'on éprouve pour chaque cadeau de la vie, chaque service rendu, une bénédiction dont on se sent reconnaissant. Une attitude valorisant la Gratitude vous offre l’accès au Bien-être.

La Gratitude Attitude, c’est aussi apprendre à ressentir le plaisir dans le fait de donner en remerciant intérieurement le bénéficiaire de votre générosité. Grâce à lui, vous pouvez exprimer un acte de générosité et vous montrer sous votre meilleur jour.

Apprenez à être reconnaissant et vivez la Gratitude Attitude chaque jour. Vous accéderez à tous vos désirs. En vivant dans un état de gratitude, vous allez attirer les éléments les plus positifs, c’est la loi d’Attraction !

1 commentaires

sam.

01

janv.

2011

Pour bien commencer l'année

Voeux 2011.pps
Présentation Microsoft Power Point 627.5 KB
0 commentaires

sam.

01

janv.

2011

Tous mes voeux les plus sincères pour 2011

Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir,

et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns.


Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer,

et d’oublier ce qu’il faut oublier.


Je vous souhaite des passions,

je vous souhaite des silences.


Je vous souhaite de résister à l’enlisement,

à l’indifférence … aux vertus négatives de notre époque.


Je vous souhaite surtout d’être vous.

1 commentaires

mar.

04

mai

2010

Faites une cure de fruits rouges

Après une année bien chargée, il est important de soulager son foie, sa vésicule et son colon. Pourquoi ne pas commencer par une cure de santé? Celle ci accord une place de choix aux fruits rouges.

Deux solutions, vous remplacez pendant une quinzaine de jours vos dîners par une bonne livre de cerises ou fraises, ou vous faites une monodiète d'un jour par semaine, pendant deux à trois semaines. Des bains chauds et des boisssons aromatiques (thé léger, tisane, chicorée) complèteront agréablement cette cure.

A essayer aussi, cure de pêches, cure de melon et pasthèque.

1 commentaires

jeu.

29

avril

2010

Pratiquez la respiration alternée

Impossible de gérer son stress sans apprendre à vraiment respirer. Empruntée au hatha yoga la respiration alternée se pratique le matin, assis confortablement, les pieds au sol.

Bouchez la narine gauche et inspirez lentement par la narine droite pendant trois secondes. Retenez votre souffle pendant six secondes en pinçant les deux narines, soufflez enfin par la narine gauche en bouchant la narine droite pendant six secondes. Alternez en inspirant par cette même narine gauche. Procédez à une douzaine d'alternances.

0 commentaires

mer.

28

avril

2010

Prenez un bain de rosée

Et si pour une fois, vous mettiez votre réveil plus tôt que d'habitude, pour vous offrir un bonheur original: un bain de rosée...

Dans les prés ou le jardin, pieds nus, allez marcher, courir, danser, jouer avec le chien ou les enfants sur l'herbe fraîche. Le but: être en harmonie avec les éléments, se sentir respirer par les pieds...

2 commentaires

mar.

27

avril

2010

Faire une cure de vitalité

Le mot naturopathie (de nature et de path "sentier" en anglais) signifie la voie de la nature. Cette écologie de vie aspire à apporter à l'être huamin le plus haut degré de santé possible  en lui apprenant à gérer correctement et naturellement ses habitudes de vie. Pour cela elle utilise de nombreuses méthodes: l'hydrothérapie, la phytothérapie, l'aromathérapie,  la supplémentation alimentaire, les argiles ou les massages. Certaines propositions de naturopathie peuvent être facilement intégrée à notre quotidien.

Au fil des posts des jours à venir je vais vous en sélectionner quelque unes, en espérant qu'elles vous donneront envie d'aller plus loin...

0 commentaires

dim.

25

avril

2010

Sous les latitude zen

Sous les latitudes zen :
10 clés pour aller vers l'harmonie

  1. Faites du sport ou du moins une activité physique régulière
    (minimum trois fois par semaine - minimum 40 minutes)
    L'homme est un animal construit pour bouger, se déplacer, chasser, marcher, grimper, courir, se battre éventuellement et mobiliser son système cardio-pulmonaire. Si vous êtes devenu sédentaire passant de votre lit à un siège pour manger puis pour travailler et vous déplacer...dès lors vos systèmes musculaire et glandulaire sont sous stimulés et vos humeurs tendrons progressivement vers la dépression et l'asthénie ! Il est essentiel pour votre corps et votre esprit de maintenir une activité physique si possible quotidienne.
  2. Faites l'Amour le plus souvent possible
    Faire l’amour augmente l'espérance de vie, rend heureux, prévient l’apparition de problèmes cardiaques et même de certains cancers. D'une manière générale, les relations sexuelles régulières feraient selon plusieurs études baisser le taux de mortalité chez l'homme. Les vertus thérapeutiques de l'activité sexuelle concernent principalement le coeur. L'empathie, l'affection , la tendresse et le plaisir d'aimer ont les mêmes vertus au niveaux de la neurotransmission, de son impact au niveau du cerveau émotionnel et dans le cadre de l'équilibre du système nerveux autonome. Vivre dans l'amour et faire l'amour le plus souvent possible sont des élixirs de longue vie heureuse en pleine santé.
  3. Manger qualitatif
    Vos sentiments et vos humeurs dépendent aussi de ce que vous mangez ! En effet, votre belle usine à synthèse ne fabrique malheureusement pas tout et certaines briques de la vie doivent être apportée par l'alimentation sinon vous tomberez en carence ! Variez vos menus. Choisissez des fruits un maximum, des légumes, des protéines végétales , des petits poissons (oméga 3) et ajoutez régulièrement des anti-oxydants (jus de grenade, baies de Gogi, myrtilles, etc... et des compléments alimentaires (vitamines, minéraux, acides aminés, coenzyme Q10, etc...). La qualité de la neurotransmission et de vos humeurs dépend des éléments que vous apportez à votre cerveau via votre alimentation.
  4. Soyez EMETTEUR et soyez autonome
    Pensez positif et... sentez positif. Soyez EMETTEUR et prenez du plaisir à émettre des sentiments positifs (joie, amour, paix, sérénité, pardon, etc..) ; prenez plaisir à offrir et à donner. Si vous êtes toujours en attente de recevoir des sentiments pour être heureux alors vous êtes dans la RECEPTION un paradigme qui vous rend automatiquement dépendant de votre entourage pour accéder au bonheur. Voyez la vie comme de la magie. Emerveillez vous de tout ce que vous pouvez observez car tout est littéralement magique et extra-ordinaire. Tout ce qui est naturel est en fait surnaturel. Soyez EMETTEUR ! Et prenez du plaisir à émettre des sentiments positifs. Vous serez autonome. Et si vous recevez des autres des sentiments positifs (ce qui ne saurait tarder) ce sera un plus !
  5. Evacuez de votre vie les personnes qui ne vous font pas de bien
    Les questions essentielles sont : cette personne est elle bonne pour moi ? Cette personne me veut-elle du bien ? Cette personne émet -elle à mon en contre des sentiments positifs à mon sujet ? Cette personne est-elle écologique pour ma vie ? Si la réponse est non, prenez des décisions fermes à ce sujet. Dépolluez votre entourage de toutes les personnes qui ne sont pas positives pour votre épanouissement et vivez dans la paix et dans l'Amour simplement.
  6. Interprétez les problèmes comme de l'énergie, une opportunité dans votre vie
    Tout soucis, tout problème, tout ennui est un "événement" qui n'est à la base ni positif, ni négatif mais qui implique avant tout une manne d'énergie intrinsèque à votre disposition. Les informations qui le définissent et qui le font apparaître comme négatif n'ont pas obligatoirement à être intégrées. Gardez les à distance de votre corps et de votre coeur. Ne les prenez pas sur vos épaules ni sur votre dos. Ne devenez pas propriétaire de vos soucis ! Avec l'énergie qu'ils vous apporte utilisez la créativité qui est en vous et cristallisez les solutions !
  7. Amusez vous avec des amis
    Les bons amis sont pour la vie. D'autres passent et ne reviendrons pas. Peu importe ! Si vous n'attendez rien d'autres qu'un lien social riche et intéressant vous ne serez jamais déçus. Attendez de vos amis des choses que l'être aimé ou votre famille sont censés vous apportez ne donnera que déception et tristesse. Les amis sont juste des amis ! Respectez la hiérarchie : enfant(s), amoureu(se)x, amis. N'attendez pas ce qu'un ami n'est pas censé vous donner !
  8. Voyez votre travail comme un jeu
    Le travail doit rester un amusement ou un challenge. Si il vous pèse changez votre vision ou changez de travail . Le travail est aussi l'occasion de développer ou de maintenir votre capital intellectuel. Faites en une routine et vous perdrez progressivement vos neurones ! Créez vous même des défis, fixez vous des échéances et provoquez votre créativité.
  9. Mettez de la lumière et de la couleur dans votre environnement
    Les couleurs sont comme des vitamines pour votre esprit. Testez les couleurs qui vous font du bien et placez les dans votre environnement. Achetez des fleurs avec vos couleurs préférées... placez des tableaux avec celles-ci. Achetez des vêtements dont les couleurs vous font du bien. De plus, depuis la découverte de l'électricité l'homme qui est un animal d'extérieur et devenu un être d' intérieur. Dès que le soleil se pointe il met des lunettes solaires. Conclusion: les yeux récepteurs de lumière et la peau ne reçoivent plus le spectre complet de la lumière solaire. Eclairez votre bureau, éclairez votre intérieur. Mettez du soleil dans votre habitation. Des fenêtres, des watts et du punch dans votre bureau !
  10. Introduisez le rire dans votre vie
    Le rire amène l'hypothalamus à sécréter des endorphines, aussi appelées «hormones du bonheur». Les endorphines apaisent le corps et apportent un bien-être en réduisant les excès d'adrénaline et de cortisol (hormone en jeu dans le stress) qui inhibe l'activité du système immunitaire dans le corps, contribue ainsi à accroître la production d'anticorps capables de protéger l'organisme contre les virus et les bactéries. Le rire permet aussi de relâcher les muscles tendus et de libérer l'esprit de ses préoccupations. Il réduit aussi la pression artérielle, améliore la circulation sanguin, l'oxygénation du muscle cardiaque et stimule la digestion.

Références:

  1. BARDON Franz. Le chemin de la véritable initiation magique. Dieter Rüggeber, 1989
  2. BOURRE, Jean-Marie. La diététique du cerveau, de l'intelligence et du plaisir. Editions Odile Jacob,1990
  3. BUELL,S.J.et COLEMANn P.D. Dendritic Growth in the Aged Human Brain and Failure of growth in senile dementia. Science, November 16, 1979
  4. LE PONCIN, MONIQUE et SEGUIN, Henri.Croque Cerveau. Editions Stock 1989.
  5. LIBERMAN, Jacob. Light , medicine of the future. Bear&Company, 1991
  6. SHAKTI Gawain, Techniques de visualisation créatrice. Editiosn Soleil, 1984
  7. DUMONCEAU - KRSMANOVIC, Les clés du bonheur, Editions Zenlatitudes, 2007.
  8. DUMONCEAU-KRSMANOVIC. Attitude zen, la gestion des émotions. Séminaire mensuel en 2010.
  9. KUNBDERA Milan. le livre du rire et de l'oubli, Gallimard 1987
  10. KEATING Kathleen & NOLAND Mimi. Le petit livre des gros câlins. Poche 2001
  11. DALAI LAMA, L'art du bonheur. Laffont 2001.
0 commentaires

dim.

25

avril

2010

Se soigner autrement

Se soigner autrement : les 7 + 1 méthodes du Dr David Servan-Schreiber

Par Patrice van Eersel

 

1.- La “mise en cohérence cortico-cardiaque”

Découverte récente : les neurones cardiaques fonctionnent en mini-cerveau semi-autonome. Ce “cerveau du cœur” est très lié au cerveau émotionnel et il s’agit de synchroniser leurs rythmes. Un souvenir délicieux vous fait ressentir une vague de chaleur dans la poitrine ; votre cœur bat différemment, ses variations de rythme se régularisent : il entre en “cohérence”. Les gens pratiquants du zen ou le yoga savent facilement entrer en “cohérence cortico-cardiaque”, même dans un embouteillage, un conflit professionnel, ou une dispute conjugale ! Cela s’apprend.

2.- La méthode de mouvement des yeux. : l’EMDR.

La validation de cette méthode stupéfiante de balancement latéral du regard est venue du traitement des effets post-traumatiques lourds, où il s’agit de soigner les victimes d’émotions terrifiantes. Quelques séances de mouvement des yeux permettent de les ramener à la vie, alors qu’elles sont scotchées dans l’angoisse. Il n’y a pour l’instant aucune explication. Hypothèse : l’EMDR induirait le même type de réorganisation psychique que celui du sommeil paradoxal.

3.- L’acupuncture

Utilisée par exemple contre la douleur et contre la nausée consécutive aux chimiothérapies contre le cancer (sans l’arsenal de produits habituels, aux effets secondaires terribles). Nouveauté : l’acupuncture contre la dépression - les tradipraticiens chinois ou tibétains disent que c’est sa principale application.

4.- La lumière thérapeutique

On sait soigner la dépression par des “bains de lumière » intense. La méthode recommandée ici est préventive : il s’agit de se faire réveiller, non par une sonnerie, mais par une aube artificielle suivant la progression naturelle - au moyen d’un rhéostat électrique. Cela permet au cerveau émotionnel d’opérer une transition harmonieuse vers la journée : avant de vous réveiller, il “rembobine” en quelque sorte vos rêves, fait baisser vos sécrétions de mélatonine, augmente votre taux de cortisol, élève votre température... Particulièrement efficace pour éviter les dépressions qui frappent 10% de la population entre novembre et avril.

5.- Les Oméga3

Une nourriture saine doit équilibrer les lipides oméga3 et les lipides oméga6 - les premiers, propres à la faune et la flore sauvages se trouvant de nos jours complètement écrasés par les seconds, qui sont propres aux animaux et aux végétaux domestiques (huiles de poisson, crustacés, graines de lin, plantes vertes sauvages, gibier). La vertu principale des oméga3 serait d’alimenter le cerveau et de soigner toutes les formes de dépression.

6.- L’exercice physique

Deux études de l’université de Duke montrent que chez les gens qui ont besoin d’antidépresseurs, 30% à 50% rechutent au bout d’un an - alors que ceux qui font simplement du jogging, trois fois vingt minutes par semaine, ne sont que 10% à rechuter. Ça ne coûte rien et tous les effets secondaires sont bénéfiques... Il serait criminel de ne pas en parler !

7.- L’amour

Le “Love Lab” du Pr Gottman a étudié des centaines de couples, en leur collant toutes sortes de capteurs sur le corps, pour mesurer leurs changements physiologiques tandis qu’ils étaient en train de se disputer. Il en ressort qu’apprendre à communiquer, non plus dans la violence, mais dans l’authenticité et un fort désir de dialogue, vous rend beaucoup plus efficace - même si c’est difficile ! I existe des méthodes pour apprendre à dialoguer.

8.- La huitième méthode...

Ce n’est pas exactement une méthode, mais il apparaît que les gens qui participent à la vie sociale (que ce sont dans leur immeuble, leur quartier, leur ville ou leur pays) se portent mieux et vivent plus longtemps. Chacun est donc invité à s’impliquer dans la communauté où il vit, à y faire du bénévolat, à y nourrir des relations en termes d’amitié et de solidarité. Il s’agit d’une dimension essentielle à une vie physique et psychique équilibrée. Se guérir égoïstement n’a pas de sens. On ne se soigne vraiment qu’en intégrant l’autre à sa vie.

 

1 commentaires

jeu.

22

avril

2010

Naturopathie

Courir pieds nus dans l'herbe fraîche, prendre le temps de respirer, se purifier avec des fruits rouges...La naturopathie est un art de vivre dans le respect de la nature; Pause Détente vous invite à découvrir cette "écologie de la santé".

0 commentaires

mer.

21

avril

2010

Vivez en pleine conscience chaque instant

Le jour où nous serons capables d'arrêter le flot de nos pensées, d'arrêter la surchauffe de notre ordinateur central, une trentaine de fois par jour pendant trente à quarante secondes à chaque fois, en nous concentrant sur l'air qui entre et qui sort par nos narines, alors nous serons sur la bonne voie, celle de la "pleine conscience".

1 commentaires

mer.

21

avril

2010

Le crépuscule d'une idole. L'affabulation freudienne

Après Dieu, Michel Onfray déboulonne Freud, le freudisme et les freudiens. Les griefs qu'il récapitule en tête de sa conclusion sont de trois ordres. Le premier est biographique : Freud aurait eu un comportement malhonnête. En deuxième lieu, sa thérapie n'a pas fait ses preuves. Progressiste ou révolutionnaire, Freud ? En aucun cas, objecte Michel Onfray, qui tient à le mettre également en cause sous l'angle politique. C'était un fieffé conservateur, gardien des bonnes moeurs et partisan de régimes autoritaires.

Au terme de cette analyse, une question s'impose : si Freud fut bien cet affabulateur accablé par un lourd dossier ; s'il a bien été un philosophe qui a détesté la philosophie pour mieux déployer sa pensée dans le seul cadre philosophique ; s'il a très tôt détesté les biographes parce qu'il savait que cette engeance ferait un jour l'histoire de ce qu'il s'est évertué, lui et ses amis, à présenter sous le signe de la légende ; si son odyssée fut celle d'un "aventurier", selon sa propre confidence, prêt à tout pour obtenir ce qu'il revendique obsessionnellement comme un droit : la célébrité et la richesse, la gloire et la réputation planétaire ; si sa revendication d'être un scientifique légitimé par la clinique cache la proposition subjective, personnelle et autobiographique d'une psychologie littéraire ; si sa grande passion fut l'inceste et qu'il a étendu son fantasme à l'univers entier pour en supporter plus facilement l'augure ; s'il a effacé les preuves du capharnaüm théorique et clinique de son trajet pour présenter sa découverte sous forme d'un continuum scientifique linéaire procédant de son seul génie ; si ses entreprises d'écritures autobiographiques, notamment l'Autoprésentation et Contribution à l'histoire du mouvement psychanalytique, fabriquent cette version féerique d'un homme génial découvrant tout seul le continent vierge de l'inconscient ; si la clinique freudienne fut une cour des miracles pendant des années, y compris celles du divan ; si le psychanalyste a sciemment falsifié les résultats cliniques afin de dissimuler les échecs de son dispositif analytique ; si le divan soigne dans la stricte mesure de l'effet placebo ; si l'épistémologie de Freud procède de la seule affirmation performative ; s'il a recyclé le vieux dualisme de la philosophie occidentale en opposant le corps et l'âme sous forme de plasma germinal physiologique et d'inconscient psychique, et ce afin de négliger le premier pour mieux célébrer le second ; si Freud a magnifié la causalité magique, notamment par un usage des facilités symboliques, au détriment de toute raison raisonnable et raisonnante ; si l'aventure viennoise se contente d'incarner, dans son temps, et selon les tropismes du moment, la vieille logique chamanique des sorciers, des mages, des guérisseurs et des exorcistes ; si le pessimisme de Freud lui fait tourner le dos à la philosophie des Lumières et l'installe du côté de ce qu'au XVIIIe siècle on appelait les Antiphilosophes ; si, de ce fait, on retrouve Freud soutenant le césarisme autoritaire de Dollfuss ou de Mussolini ; si l'on découvre dans son oeuvre matière ontologique à une phallocratie misogyne et homophobe et non à une pensée de la libération sexuelle - alors : comment expliquer le succès de Freud, du freudisme et de la psychanalyse pendant un siècle ?

Source: express.fr

1 commentaires

mer.

21

avril

2010

Pensez à vous

Respirez par le ventre:

La respiration abdominale consciente plusieurs fois par jour décuple la pénétration d'énergie dans le corps; c'est facile, rapide, discret et tellement salvateur...

0 commentaires

sam.

03

avril

2010

Lumière

 

On raconte qu’une princesse avait juré de n’épouser qu’un homme entre tous poétique, surprenant, imaginatif. Elle fit donc publier partout que seul partagerait son lit celui qui se rendrait capable d’emplir sa chambre en un seul jour, du parquet aux coins du plafond et d’un mur à celui d’en face, de l’emplir de ce qu’on voudrait pourvu que rien n’y reste vide. Les prétendants s’en vinrent donc avec des charretées de paille, des ballots de sable, de plumes, de chiffons ou de confetti. Ils entassèrent, accumulèrent et s’échinèrent jusqu’au soir. Aucun ne put combler l’espace à ras-bord, comme il le fallait.

 

Vint enfin un matin un jeune homme frisé, insouciant, simple d’allure, sans rien d’autre que son bon air. Il passa la moitié du jour à faire la conversation à la princesse, à ses servantes. L’après-midi il fit la sieste, affalé sur le canapé, puis il se fit servir le thé. Enfin, comme le soir venait, il ouvrit posément son sac, en sortit un vieux chandelier, en cuivre terne, cabossé, planta dedans une bougie, battit son briquet, l’alluma et la lumière fut partout, jusqu’aux quatre coins de la salle.

 

La plupart des conteurs finissent là l’histoire. Il arrive pourtant qu’elle soit poussée plus loin.

 

Il paraît qu’au soir de la noce la princesse dit au garçon :

- Tu n’as pas vraiment satisfait à mon exigence première. Il est, dans mon appartement, un lieu demeuré dans le noir.

- Lequel ? demanda le jeune homme.

- Le cercle sous le chandelier, à l’endroit où tu l’as posé.

- Et pourquoi n’en as-tu rien dit ?

- Parce que je suis, dit la princesse, toute semblable à cette chambre que tu as emplie de lumière. Je garde et garderai toujours, comme elle, une part de ténèbres, de mystérieuse obscurité où personne, jamais, ne pourra pénétrer.

 

(Henri Gougaud, Le livre des chemins)

0 commentaires

sam.

02

janv.

2010

Meilleurs voeux pour 2010!

Pause Détente et Bénédicte Flieller souhaitent à tous une très belle année 2010, avec plein de promesses et la réalisation des projets et des désirs pour chacun. Que cette nouvelle année  nous apporte le sourire, l'épanouissement, le courage  nécessaire à notre bien être...

0 commentaires

mer.

11

nov.

2009

Un CD de sophrologie pour enfants

J'ai le plaisir de vous annoncer l'enregistrement de mon premier CD pour enfants.

C'est avec beaucoup de plaisir, que j'ai conçu ces textes de relaxation. Des exercices de respiration, de relâchement musculaire, des visualisations permettront à chaque enfant d'expérimenter des outils simples pour accéder au bien être... Véritable musicothérapie, ce disque allie les sons de la nature à une musique calme et relaxante.

A vivre avec vos enfants pour resserrer les liens parents-enfants.

Bonne relaxation!


2 commentaires

sam.

17

oct.

2009

Le blanc: l'intégrite

Le blanc contient les sept couleurs de l'arc en ciel, il les accueille.

La lumière blanche est synonyme d'intégrité et de pureté de l'esprit. Cette couleur a un effet apaisant: agiter un drapeau blanc signifie demander une trêve, c'est à dire la paix. Dans le monde entier les rites de passage se font en blanc: le nouveau né, la mariée, le défunt sont vétus de blanc. Il se prête également aux cérémonies de bâptème et de communion. Le blanc reflète un idéal de clarté et de transparence, une quête de vérité dans les valeurs spirituelles.

0 commentaires

jeu.

15

oct.

2009

Violet

Le violet est la couleur de l'intuition et de la sagesse. Dernière tonalité de l'arc en ciel, il s'oppose au rouge, tant par sa position que par ses qualités. Pour apaiser les passions rien de mieux que le violet, qui développe un goût

prononcé pour l'harmonie et l'unité partagée . Empreint d'un esprit sensible, il incarne sans contexte une vision globale plutôt que l'individualité. 

 

0 commentaires

mer.

14

oct.

2009

Le bleu

Le bleu couleur profonde, porte une promesse de bien être et de tranquillité. Bienfaisante pour les nerfs, cette couleur opère une détente salutaire. Bleu comme le ciel, l'espace etc.

Les anciens égyptiens vénéraient le lapi-lazuli, un minéral bleu azur, parfois moucheté d'or, qui symbolisait le ciel.

En général ces associations peuvent vous aider dans vos méditations à trouver la sérénité, la lucidité.

0 commentaires

mar.

13

oct.

2009

Vert

Le vert est la couleur dominante de la nature. La chlorophylle pigment vert naturel, aide la plante à capturer l'énergie solaire pour élaborer sa nourriture. Très varié dans ses nuances, le vert équilibre. Il aide le corps et l'esprit à s'ouvrir. Cette couleur symbolise également le printemps, quand la lumière du jour stimule de nouvelles pousses. Dans vos méditations, utilisez le vert comme emblème du renouveau, de croissance et de renouveau.

2 commentaires

lun.

12

oct.

2009

Le jaune

Le jaune, couleur du soleil n'a cependant pas la chaleur des couleurs émotionnelles. Utilisé comme symbole dans tous les pays, il est considéré comme le ton le plus lumineux. Le jaune évoque l'activité mentale et l'inspiration créatrice. Vif il est actif, favorise les travaux de l'esprit et l'élaboration des concepts.

Si vous cherchez à y voir plus clair dans vos pensées pour prendre une décision importante, par exemple, choisissez le jaune. Laissez entrer un rayon de soleil dès les premiers signes de confusion.

1 commentaires

lun.

12

oct.

2009

Orange

l'orange est également une couleur chaude, moins forte cependant que le rouge. En effet elle stimule plus qu'elle n'excite. Symbole de plaisir, de vitalité, d'amusement et de l'orange est associé aux reflets du soleil couchant, aux fruits tropicaux et aux fleurs exotiques. C'est un stimulant émotif qui développe brillance, activité et engagement.

Si vous désirez déplacer les montagnes, devenir optimiste et retrouver des sensations de gaieté, employez la couleur orange, elle vivifie ces qualités.

Exercice: regardez le soleil se coucher, c'est un spectacle grandiose...

0 commentaires

dim.

11

oct.

2009

Le rouge

Le rouge: la puissance

Couleur du sang, le rouge est lié à l'énergie vitale. Dans la tradition ancienne, les ocres rouges étaient utilisées lors des cérémonies funéraires pour symboliser une nouvelle vie au delà de la mort physique. Le rouge est une couleur chaude souvent perçue comme apprtant force physique, puissance, passion, dynamisme mental.

 Si vous manquez de tonus, d'enthousiasme, de courage ou d'ancrage, concentrez vous sur le rouge dans votre méditation.

1 commentaires

sam.

10

oct.

2009

La graine de bambou

Si l'on sème une graine de bambou chinois, il faut attendre cinq ans avant qu'une tige ne sorte de terre. Elle pousse alors de douze mètres en une seule année...

Cette métaphore nous enseigne sur la valeur du travail dans l'obscurité, sur la persévérance, le refus de la résignation.

1 commentaires

sam.

10

oct.

2009

Méditer sur les couleurs

Les couleurs revêtent un sens particulier pour chacun de nous. Pourtant il existe un symbole universel. Le rouge représente très souvent le danger. Les couleurs influent également sur notre humeur et se prêtent au jeu des émotions.

Pour bénéficier  des vertus d'une couleur essentielle à votre équilibre visualisez la. Chaque ton envoie sa vibration, imaginez le dans sa profondeur et sa richesse...

Tout au long de l'automne, Pause Détente vous proposera des associations de couleurs à intégrer dans vos moments de détente.

A bientôt avec le rouge...

1 commentaires

sam.

19

sept.

2009

Méno pause? vous avez dit ménopause?

Nouveau!

 

Un atelier Ménopause vous est proposé cette année. Un temps de réflexion avec des groupes de paroles, des temps de sophrologie et des temps de création artistique pour passer du temps de la procréation au  temps de la création. Création d'une autre féménité qui ne se résume pas à la maternité. Deux fois quatre cessions vous sont proposées: temps à partager en couple ou entre amies...

Téléchargez la plaquette:

Ateliers ménopause
menopause.pdf
Document Adobe Acrobat 433.2 KB
2 commentaires

jeu.

03

sept.

2009

Ateliers et cours collectifs

Les cours collectifs reprennent !

à partir du 14 septembre de

9 heures 45 à 11 heures 15

 

 

Coordination, renseignements

Ségolène Default

Centre Inter-Ages

Rue de la Combe

04220 Sainte-Tulle

Tel: 04.92.78.20.17

 

Prévoir  une tenue souple

Première séance offerte

 

 

 

 

0 commentaires

lun.

31

août

2009

En ce jour de rentrée!

Petit traité de manipulation à l'usage des professeurs et des formateurs

par Yves Guégan

Comment contourner la résistance des élèves à se mettre au travail et à respecter les règles ? Pour cela, les enseignants emploient souvent des ruses éducatives qui, lorsqu’elles sont bienveillantes, permettent de désamorcer les conflits et de susciter la motivation.

Immorale la ruse ? Oui quand elle est synonyme d’escroquerie, d’imposture, de perfidie. Non quand il s’agit de contourner habilement les caprices d’un jeune enfant, en le priant par exemple de s’asseoir sur « la chaise qui rend gentil ». Comme les parents, les enseignants doivent gérer des enfants et des adolescents dont l’un des grands bonheurs consiste à entrer en résistance contre le savoir ou contre l’adulte. L’excellence didactique est certes une réponse pertinente à la résistance. Mais elle se révèle souvent inopérante quand l’enjeu délibéré de la relation éducative est pour l’élève d’esquiver le travail ou de saper le pouvoir de l’enseignant.

La ruse présente l’avantage de déverrouiller des situations conflictuelles sans utiliser l’autorité. Elle contribue également à changer le regard des élèves sur le travail scolaire et à stimuler leur motivation en inventant des solutions pédagogiques originales et inattendues. On parlera dans ce cas de ruses bienveillantes. C’est-à-dire de stratégies dont on voile délibérément la finalité et qui ne visent pas à flouer l’enfant mais se mettent au contraire au service de sa formation et de son développement. Si la ruse apparaît bien comme un outil pédagogique adapté aux situations où l’apprenant résiste, il faut souligner qu’elle suppose le respect de principes éthiques. La limitation de l’emprise de l’adulte d’une part, car la manipulation du désir de l’enfant doit rester homéopathique et il est essentiel d’agir en lui garantissant un espace de liberté ; la rareté d’utilisation d’autre part : la ruse ne saurait en effet être une technique permanente et la transparence de la communication reste primordiale dans la relation éducative.

Pour de nombreux enseignants cependant, la ruse est indigne parce que perçue comme déloyale et sournoise. Ce rejet s’appuie sur l’idée que la transmission du savoir est une mission trop noble pour s’abaisser à une pratique aussi « vulgaire » que cet art du trompe-l’œil. Et partant, qui pourrait affirmer ne jamais faire semblant ?

Fondées sur l’usage de l’intelligence, le sens de l’opportunité, l’inventivité, les ruses éducatives se forgent bien souvent par la réflexion et l’expérience. À l’école, en apprentissage ou en formation d’adultes, elles constituent une sorte de sac à malice pédagogique. Cet article propose d’en donner quelques illustrations et d’en analyser quelques mécanismes.

 

Ruse n°1 : Instaurer des règles d'or

Je consacre du temps en début de formation pour que le groupe décide des règles à suivre pour rendre les relations aussi harmonieuses que possible. Il s’agit d’élaborer une sorte de charte que j’appelle « les règles d’or ». Voici celles élaborées par un groupe d’apprentis : Ponctualité ; respect mutuel ; politesse avec le personnel ; humour ; respect des lieux ; s’entraider ; respect des consignes de sécurité ; écoute ; partager ; réfléchir à ce que l’on va faire ; curiosité ; courage ; motivation ; sérieux ; contrôler sa nervosité ; initiative personnelle ; hygiène ; qualité du travail ; patience ; ne pas baisser les bras ; tenue. La liste terminée, j’ai demandé si tous dans le groupe étaient d’accord et prêts à s’engager sur cette charte qui a été affichée dans la salle. Les premiers effets bénéfiques n’ont pas tardé à apparaître.

Suite à la pause de l’après-midi, un jeune est allé déranger le personnel administratif féminin dans un but bien précis. Au retour dans la salle, ses collègues lui ont dit : « Fais gaffe, t’as écrit des choses alors tu les respectes. » Cette façon de procéder me décharge du rôle de gendarme : le groupe se prend alors en charge et je deviens une sorte d’arbitre. J’ai d’ailleurs moi-même été rappelé à l’ordre. Après avoir fait des photocopies avec beaucoup de mal, je suis revenu en salle en expliquant que le photocopieur m’avait énervé. Là un jeune m’a dit : « Monsieur regardez les règles, on ne doit pas s’énerver. » J’ai tout de suite admis qu’il avait raison de me le rappeler.

 

Chez les adolescents en particulier, les échanges entre pairs, sous-tendus par le désir d’appartenance au groupe, font émerger une certaine conformité entre les comportements, les opinions, la manière de s’exprimer. En classe, lorsque la norme commande la non-participation, il est difficile de ne pas s’y plier, sous peine d’être considéré comme un traître, un « fayot ». Cependant l’enseignant peut faciliter l’émergence de normes participatives en organisant un libre jeu d’influences mimétiques. Cette tactique s’applique pour l’élaboration des règles, jugées ordinairement arbitraires et inutilement contraignantes par les élèves. Certes, ils signent le règlement intérieur, mais c’est un acte solitaire qui n’implique pas un engagement personnel lorsque l’environnement groupal s’avère résistant. Or un groupe peut manifester un désir de régulation, à la condition qu’on lui en donne l’opportunité. C’est ce que fait ici Thierry Trigolet, professeur de technologie.

L’adhésion à la règle est rendue possible car chacun observe que les autres semblent manifester le désir d’y adhérer également. Petit à petit, le groupe autorise ainsi l’émergence d’une norme coopérative à partir du moment où il est suffisamment mis en confiance pour laisser de côté le réflexe mimétique de contestation de l’autorité institutionnelle.

 

 

Ruse n°2 : Octroyer des jokers

 

Quand un apprenti travaille de manière particulièrement positive il m’arrive de lui offrir en récompense un joker qui lui permettra de ne pas faire un contrôle de son choix dans l’année. C’est toujours accepté avec plaisir, et quand vient le jour de l’utilisation du joker, je l’autorise donc à ne rien faire. étant élève, j’aurais moi-même adoré bénéficier de ce genre de privilège, j’aurais pu regarder les autres travailler avec l’accord du prof, en étant un peu à égalité avec lui. Ç’aurait été un bonheur. Mais curieusement, mon apprenti se sent alors exclu du groupe et veut faire le contrôle quand même, en prenant toutefois le soin de négocier : « Si la note n’est pas bonne, elle ne compte pas M’sieur ? » Je me fais un plaisir d’accepter la requête. Pour ne pas privilégier trop les meilleurs, je fais la même chose quand un apprenti d’ordinaire peu participatif se met soudainement à travailler. Je lui donne son joker et du coup, il devient généralement plus actif en cours

Michaël Viggiano, professeur de français, accorde un joker (un droit au non-travail) pour les élèves qui, soit en permanence, soit ponctuellement, fournissent un travail de qualité. Il active ainsi une émulation, mais aussi, et paradoxalement, un désir de travail chez ceux qui en sont dispensés.

Cet encouragement au non-travail peut apparaître antipédagogique. En réalité, le caractère ludique et anticonformiste de la technique a pour effet d’inciter l’apprenti à la coopération afin, en particulier, de ne pas se sentir placé à l’écart du groupe.

Le don a le pouvoir d’enclencher un processus de réciprocité : il appelle le contre-don. Ce processus repose sur l’obligation morale de rendre. Il est très actif dans les relations sociales et ne s’apparente pas le plus souvent à la ruse. Mais il peut aussi être détourné en technique secrète d’influence car on peut décider de donner dans le but spécifique d’obtenir la réciproque. À l’école, le contre-don visé sera une coopération accrue. Pour que la réciprocité fonctionne, l’élève doit avoir conscience d’en tirer un bénéfice tangible, que ce soit sur le plan intellectuel ou narcissique. Bien entendu, il convient de veiller à une distribution égalitaire des dons, afin d’éviter de donner prise au sentiment d’injustice.

 

 

Ruse n°3 : Jouer le maître ignorant

 

Àvec une classe d’apprentis mécaniciens totalement hermétiques à l’étude des langues, j’ai eu l’idée en début d’année de dire que j’aimerais bien comprendre
le fonctionnement du moteur à explosion et ils se sont pris au jeu pour réparer une ignorance aussi lamentable de ma part. Ils ont préparé une séquence sur ce sujet, en anglais bien sûr, en se répartissant le travail de recherche de vocabulaire sur les différents aspects techniques à aborder. Pendant la séquence, j’ai posé plusieurs questions (toujours en anglais), et alors que d’habitude, mes questions les fatiguent, ils ont été ce jour-là particulièrement actifs pour me montrer leur expertise. Mon effarante incompétence et la naïveté de mes questions étaient pour eux terriblement réjouissantes.

 

Prendre le rôle du maître ignorant conduit à donner aux élèves un véritable objectif : faire la preuve de leurs compétences. Nathalie Mathieu, professeur d’anglais, applique de temps en temps cette technique.

Traditionnellement, l’enseignant monopolise tous les pouvoirs (pédagogie, maintien de l’ordre…). Il met ainsi en place une relation qui est souvent source d’apathie ou de récriminations. Pour contrer la logique d’opposition il faut repenser la relation de pouvoir en termes de partage. Il s’agit pour l’enseignant d’un retrait calculé dont l’objectif est de libérer un espace de responsabilité susceptible d’être investi par les élèves. Le partage du pouvoir ne constitue pas une ruse pour les élèves décidés à coopérer. On ne peut parler de ruse que lorsqu’on vise un retournement d’attitude d’élèves résistants.

Dans cet esprit, la pédagogie du Maître ignorant constitue une piste intéressante qui donne à Jacques Rancière (1) l’opportunité de se livrer à une vive critique de l’explication : « Expliquer quelque chose à quelqu’un, c’est d’abord lui démontrer qu’il ne peut pas le comprendre par lui-même (…). L’explication est le mythe de la pédagogie, la parabole d’un monde divisé en esprits savants et esprits ignorants, esprits mûrs et immatures, intelligents et bêtes. » Telle est l’explication qui serait en définitive un principe d’abrutissement. Il convient sans doute de prendre quelque recul par rapport à cette dénonciation radicale car on voit mal comment l’explication pourrait disparaître de l’école : le maître a aussi des choses à dire. Il reste que son retrait plus ou moins prononcé a pour effet de réduire son emprise intellectuelle et sa domination.

Montrer ses connaissances et son expertise est particulièrement valorisant quand on sait que le maître ne représente plus cette montagne de savoir qui écrase de sa puissance l’intelligence des apprenants et paralyse leur désir d’expression. Le retournement d’attitude des apprentis est ici assez spectaculaire. Cependant il reste ponctuel et la ruse s’essoufflera dans la durée. Mais elle aura permis de légitimer les cours ultérieurs, en mettant en évidence l’intérêt d’apprendre l’anglais…

 

NOTE :

(1) Jacques Rancière, Le Maître ignorant. Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Fayard, 2001.

 

 

 

 

0 commentaires

jeu.

23

juil.

2009

Trouver l'équilibre dans le chaos

 


La conciliation travail-famille existe-t-elle vraiment? Un patron difficile à satisfaire, des parents en perte d'autonomie ou des enfants dont il faut s'occuper, de longues heures de travail et une économie qui bat de l'aile – voici autant de facteurs qui empêchent bon nombre d'entre nous d'atteindre l'équilibre absolu entre le travail et la vie personnelle. Pourtant, c'est possible d'y arriver.

Essayer de partager son temps entre les obligations familiales, les demandes des amis et les exigences du travail peut parfois provoquer le sentiment d'être dépassé par les événements. Mais le pire résultat du manque d'équilibre entre les divers aspects de la vie est que tout le monde en souffre : les tensions éclatent à la maison, vous dérapez au travail et soudain, vous vous trouvez en épuisement professionnel.

Rassurez-vous; vous n'êtes pas seul dans cette situation.

Voici quelques-uns des signes d'une mauvaise conciliation travail-famille :

  • Vous vous sentez dépassé par les événements et avez l'impression de n'avoir aucun contrôle sur votre vie.
  • Vous vous sentez constamment coupable de négliger des aspects importants de votre vie.
  • Vous êtes incapable de vous concentrer.
  • Vous ressentez une fatigue constante et êtes irritable.

Créer l'équilibre

Il est important de reconnaître que vous pouvez faire quelque chose pour améliorer la situation et commencer à retrouver l'équilibre entre le travail et la vie personnelle.

D'abord, voici ce qu'il faut éviter de faire. Avez-vous déjà essayé ces stratégies?

  • Essayer de travailler encore plus fort pour réussir à tout faire.
  • Réduire le temps de qualité que vous passez en dehors du travail.
  • Dormir moins pour en faire plus.

Si vous admettez utiliser ces tactiques, vous vous faites peut-être plus de mal que de bien. Essayez plutôt ces conseils infaillibles :

  • Revenez à l'essentiel. Agissez de façon proactive en faisant ce que vous savez déjà devoir faire : mangez sainement, faites de l'exercice et dormez suffisamment – vous sentirez ainsi que vous avez plus d'énergie.
  • Brisez l'habitude du travail sans arrêt. Prendre des pauses pendant la journée — même 10 minutes toutes les 2 heures – augmentera votre productivité, et vous pourrez ainsi accomplir plus de tâches. Essayez la pause de 3 minutes pour s'étirer au bureau, un exercice de respiration ou un exercice amusant pour entraîner votre cerveau afin de
    « recharger vos batteries » durant les pauses.
  • Prenez une vraie pause. N'oubliez pas de prendre des vacances, et ne les écourtez pas. Partez, changez de décor – même pendant une courte période –, vous pourrez ainsi vous reposer pour ensuite revenir frais et dispos et plus productif qu'avant.
  • Fixez-vous des objectifs de travail quotidiens réalistes. Soyez réaliste par rapport à ce que vous êtes en mesure d'accomplir dans une journée et établissez vos priorités pour le lendemain.
  • Apprenez à dire « non ». Refusez de faire quelque chose, même si vous vous sentez coupable ou que vous ressentez un faux sentiment d'obligation, et ce, même au travail (par exemple, dites « non » lorsqu'un collègue vous demande de l'aider et que vous n'avez tout simplement pas le temps).
  • Établissez vos limites. Considérez le travail et la maison comme deux entités distinctes — car elles le sont! Accordez-vous du temps juste pour vous. Lorsque vous êtes à la maison, adoptez une mentalité « d'interdiction de travailler » et éteignez tous vos appareils de communication électronique (oui, oui, Blackberry ou iPhone compris).
  • Évaluez les options possibles. Vérifiez auprès de votre employeur ou du service des ressources humaines si des services visant à favoriser la conciliation travail-famille vous sont offerts. Les programmes d'aide aux employés, les heures de travail souples, le télétravail ou la semaine de travail comprimée sont quelques options qui pourraient vous être d'un grand secours.

Une autre chose à ne pas oublier : le stress ne donne pas sa place. Prenez le temps de le gérer de façon constructive, comme en faisant un exercice pour chasser le stress en 5 minutes.

 

Source: plus que des médicaments

0 commentaires

mer.

22

juil.

2009

Ecartez doute et anxiété

«Une graine renferme en elle plus de force en puissance que ce qu'en réalisera la plante, et en vous se trouve un potentiel d'esprit latent bien plus grand que vous ne le soupçonnez. Si vous voulez le libérer, écartez le doute, la méfiance, l'anxiété.»
– Rudolph Steiner

Vous aimez quand je vous propose des exercices pratiques, n’est-ce pas? En voici un tout simple et très puissant…

image étoile

Fermez les yeux (après avoir lu ce qui suit, bien sûr) et prenez quelques grandes respirations. Relaxez, atterrissez dans le moment présent.

Lorsque vous serez prêt, placez les paumes de vos mains l’une vis-à-vis de l’autre, à une dizaine de centimètres. Puis, imaginez que tout votre stress et vos soucis «déménagent» dans cet espace vide entre vos mains. Imaginez que toutes les interférences qui vous empêchent de vous écouter au quotidien et de vous offrir ce que vous voulez s’y regroupent. Sentez bien le processus se faire, et délectez-vous de cette sensation. Tous vos blocages sortent de vous et se concentrent entre les paumes de vos mains pour former une sorte de balle (ou, si vous préférez, un gros ballon).

Après deux ou trois minutes environ, prenez cette balle imaginaire – une balle probablement lourde et grise – et lancez-la très, très loin. Bon, vous vous sentirez peut-être un peu bizarre, le bras en l’air, mais dites-vous que vous serez des dizaines de milliers de matins magiciens à le faire. ;-) Ça fait du bien, non? La balle est imaginaire, mais le sentiment de libération qui vous gagnera, lui, sera bien réel.
Source: matin magique
1 commentaires

mar.

07

juil.

2009

Et si les patients évaluaient eux mêmes leur psychothérapie?

Et si le patient évaluait lui-même sa psychothérapie ?

Et si le patient évaluait lui-même sa psychothérapie ?Il existe actuellement plus de 400 méthodes de psychothérapie, certaines anciennes, d'autres plus récentes, allant de la psychanalyse aux thérapies comportementales en passant par la gestalt, l'analyse transactionnelle, les thérapies familiales et systémiques, la psychosynthèse ou encore la PNL...




Pourquoi existe-t-il autant d'écoles de psychothérapie ? C'est sans doute parce que les résultats de ces psychothérapies ne sont pas vraiment évalués. Nul ne sait réellement laquelle est la plus efficace pour soigner tel ou tel problème psychologique. Si vous demandez conseil à votre médecin, il vous orientera vers un psychologue ou psychiatre qu'il connaît, vers une méthode pour laquelle il a observé de bons résultats chez ses patients. Il ne peut pas vous orienter en fonction de critères objectifs.

Le problème, c'est que cet état de fait est la porte ouverte aux abus de toutes sortes. Les thérapeutes mal formés, insuffisamment formés, voire non formés, abondent, les sectes s'empressent d'occuper le terrain pour recruter des membres, et des personnes assoiffées de pouvoir et d'argent organisent des formations à de nouvelles méthodes plus ou moins ' bidon '.

Alors, comment évaluer les psychothérapies ?


En 2004, les pouvoirs publics ont commandé à l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale), une étude sur l'efficacité des différentes thérapies. Devant l'ampleur de la tâche, cet institut a évalué 3 méthodes : l'approche psychodynamique psychanalytique, l'approche cognitivo-comportementale et l'approche familiale et de couple.

Seuls certains troubles ont été concernés par cette étude, notamment les troubles anxieux, troubles de l'humeur, la schizophrénie, les troubles des comportements alimentaires, les troubles de la personnalité, l'alcoolodépendance, l'autisme, l'hyperactivité...

Cette étude a provoqué un véritable tollé, en particulier pour les résultats concernant la psychanalyse (approche psychodynamique). L'Inserm conclut en effet à une preuve d'efficacité de la psychanalyse dans les troubles de la personnalité borderline. Mais les autres méthodes ont démontré une efficacité nettement supérieure. La psychanalyse ne prétend pourtant pas être une psychothérapie, mais la découverte des processus inconscients en soi, la guérison pouvant venir de surcroît.

Des thérapeutes s'engagent donc pour demander d'autres études pour les psychothérapies, souhaitant ainsi se soumettre à des évaluations.

Certains thérapeutes vont encore plus loin et proposent d'organiser en parallèle des évaluations par les patients eux-mêmes. Après tout, pourquoi pas ? Dans les grandes écoles, les enseignants sont bien évalués par leurs élèves, pour le plus grand profit du niveau des études. Les personnes qui ont recours à ces thérapies pourraient donner un avis particulièrement pertinent et précieux pour les thérapeutes comme pour les personnes en souffrance et en recherche d'une thérapie adaptée.

Le psychanalyste Jacques Roques, formé à une méthode de thérapie, l'EMDR, estime que l'on ne doit pas en avoir peur en avançant des arguments tels que : ' le patient est malade, il est incapable d'évaluation ', ou ' il va en profiter pour régler des comptes '... Au contraire, le respect total du patient permettrait aux thérapeutes et aux thérapies de s'améliorer constamment et efficacement.

Si cette approche se développait, il s'agirait d'une véritable révolution dans le monde des psychothérapies...
 

Source: e sante

0 commentaires

lun.

06

juil.

2009

Les vacances

Les vacances...  
Quelques citations célèbres. 

Citations regroupées par Alain Rioux, Psychologue
Québec, Québec, Canada 
| Voir ma page Psycho-Ressources |


Pour vous inspirer à l'arrivée de l'été et des vacances... 
Et sourire un peu! :o)

Le secret du succès est de faire de ta vocation tes vacances.
Mark Twain, écrivain

Être en vacances, c'est n'avoir rien à faire et avoir toute la journée pour le faire.
Robert Orban, écrivain

Si l'on passait l'année entière en vacances, s'amuser serait aussi épuisant que travailler.
William Shakespeare, écrivain

Vacances : Période ou l'on dépense des centaines de francs pour savoir à quoi ressemble la pluie dans les autres parties du globe. 
Robert Orban, écrivain

Le farniente est une merveilleuse occupation. Dommage qu'il faille y renoncer pendant les vacances, l'essentiel étant alors de faire quelque chose. 
Pierre Daninos, Écrivain français  

La vacance des grandes valeurs n'enlèvent rien à la grande valeur des vacances.
Henri Weber, sénateur

A propos des vacances...
On ne saurait aller cherche trop loin le plaisir de rentrer chez-soi. 
Paul Morand, écrivain français

Je n'aime pas travailler la veille d'un jour de congé.
José Artur, Journaliste français

Le bonheur, c'est s'asseoir avec des amis pour regarder leurs photos de vacances et s'apercevoir qu'ils reviennent d'un séjour dans un camp de nudistes.
Johnny Carson, animateur de talk-show américain

Les seules vacances de l'homme sont les neuf mois qu'il passe dans le sein maternel. 
San-Antonio, personnage de roman

On n'a jamais autant besoin de vacances que lorsqu'on en revient.
Ann Landers, journaliste américaine

Il n'y a pas de vacances à l'amour, ça n'existe pas. L'amour, il faut le vivre complètement avec son ennui et tout, il n'y a pas de vacances possibles à ça. 
Marguerite Duras, femme de lettres et cinéaste française

Quand je vois le nombre de gens qui sont partis en vacances avec leur sans-fil, je me dis que s'il y avait eu des fils, on n'aurait pas fini de défaire les noeuds.
Philippe Geluck, dessinateur de BD Belge

Le repos de l'âme consiste à ne rien espérer. 
Proverbe oriental 

Rien de tel que des vacances ratées pour vous réconcilier avec une vie de labeur
Arnold Bennett, auteur anglais

La meilleure condition de travail, c'est les vacances. 
Jean-Marie Gourio, humoriste français

Changer de souci fait autant de bien que prendre des vacances. 
David Lloyd George, Homme politique britannique (1863-1945)

Rien n'use plus promptement que les vacances, quand elles se prolongent. 
Jean-Christophe Rufin, Écrivain et médecin français

Si j'étais médecin, je prescrirais des vacances à tous les patients qui considèrent que leur travail est important. 
Bertrand Russell, Mathématicien et philosophe anglais (1872-1970)

Il est étonnant de voir que les gens passent plus de temps à préparer leurs prochaines vacances que leur avenir. 
Patricia Fripp, Conférencière américaine

Jouer : Le mois de jouer est le premier mois des vacances. Après vient le mois doux, puis le mois de s'étendre. 
Pef, Scénariste et illustrateur humoristique

Les vacances datent de la plus haute antiquité. Elles se composent régulièrement de pluies fines coupées d'orages plus importants. 
Alexandre Vialatte, Romancier et chroniqueur français (1901-1971) 

Je pensais que les vacances me videraient la tête. Mais non, les vacances, ça ne vide qu'une chose : le porte-monnaie. 
Jean-Philippe Blondel, Ecrivain français 

Il n'y a d'homme plus complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie. 
Alphonse de Lamartine, Poète français (1790-1869)

Heureux le touriste qui a tout vu avant l'arrivée des touristes ! 
Bernard Arcand, Anthropologue canadien

Un touriste, c'est quelqu'un qui parcourt des milliers de kilomètres pour se faire photographier devant sa voiture. 
Emile Genest, Acteur canadien (1921-2003)

En Provence, le soleil se lève deux fois, le matin et après la sieste. 
Yvan Audouard, Auteur-Journaliste, Français.

On n'a jamais vu un aveugle dans un camp de nudistes. 
Woody Allen, Réalisateur.

Si vous voulez aller sur la mer, sans aucun risque de chavirer, alors, n'achetez pas un bateau : achetez une île ! 
Marcel Pagnol, Cinéaste français.

Si j'étais médecin, je prescrirais des vacances à tous les patients qui considèrent que leur travail est important. 
Bertrand Russell, Mathématicien, Philosophe, Anglais.

Vacances: Période de vie professionnelle durant laquelle les questions relatives à la pérennité de votre poste de travail sont résolues à votre insu par votre supérieur et de tierces personnes intéressées à prendre votre succession.
Anonyme

Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux.
Marcel Proust

Vieillir, c'est découvrir la transparence, brûler les frontières, fondre les limites, abattre les paravents... Y a-t-il plus passionnant voyage que celui de la vie ? Jusqu'à la mort incluse ?
Maria Casarès

Nous avons hésité un moment entre un divorce ou des vacances. Nous avons pensé que des vacances aux Bermudes, c’est fini en deux semaines alors qu’un divorce, ça dure toute la vie.
Woody Allen

On voyage pour changer, non de lieu, mais d'idées.
Hippolyte Taine

Pourquoi, en vacances, s'obstine-t-on à choisir douze cartes postales différentes alors qu'elles sont destinées à douze personnes différentes?
Sacha Guitry

Mon mari m'a dit qu'il voulait passer ses vacances dans un endroit où il n'était jamais allé. J'ai répondu: «Et pourquoi pas la cuisine?»
Nan Tucket

Les vacances datent de la plus haute antiquité. Elles se composent régulièrement de pluies fines coupées d'orages plus importants.
Alexandre Vialatte

Y a-t-il des vacances pour ceux qui aiment ?
Georges St Bonnet, Auteur, Philosophe

Je pensais que les vacances me videraient la tête. Mais non, les vacances, ça ne vide qu'une chose : le porte-monnaie. 
Jean-Philippe Blondel

On mesure le bonheur d'un couple à leurs photos, et les photos se prennent pendant les vacances ; sans les photos de vacances, on ne pourrait jamais prouver qu'on a été heureux. 
David Foenkinos

0 commentaires

lun.

22

juin

2009

burn out maternel!

Un syndrome qui atteindrait ces mères qui chercheraient à être parfaites ? Décryptage de ce Burn-out, qui est une réponse, à long terme, de l'organisme soumis à des situations de stress quotidiennes.

Les symptômes

D'abord un état d'épuisement à la fois émotionnel et psychique. Un manque total d'énergie. Ensuite une attitude négative ou détachée vis-à-vis de la source du stress (enfants, ...) Enfin une autocritique constante avec une sous-estimation de ses capacités  ayant pour résultat une baisse de la « productivité », voir une activité réduite au minimum.

Les mères de famille ?

Et si la maternité était une situation à risque du même ordre que celle d'un cadre débordé ? La maternité est un poste à haut niveau de responsabilité, 24h sur 24. En plus, c'est souvent une situation dans laquelle la mère reçoit peu de reconnaissance extérieure pour ce qu'elle fait. Les enfants rapprochés, des enfants en bas âge, des enfants bien vivants et curieux peuvent être vécus comme source de stress. Et si on additionne, on mélange et hop les facteurs de stress se multiplient surtout si la maman a l'impression de gérer seule les tâches au quotidien, ce qui est encore le cas ... parfois dans certaines familles !

Les facteurs déclenchants

La surcharge de travail
Etre mère est un « multi-jobs « et sans la moindre possibilité de donner sa démission ...
Elle se doit  de toujours devoir faire face à l'imprévu (maladies des enfants, absence de la baby sitter, caprices des enfants etc ...)
La sensation de ne jamais pouvoir se concentrer sur une seule et même activité
Toujours quelqu'un, haut comme trois pommes, pour l'interrompre.
Absence de reconnaissance
Des enfants qui remercient leur mère, cela arrive parfois mais sans doute jamais assez  pour alimenter un besoin de reconnaissance qui serait fort ! Quant à la société, elle ne va pas dans le sens d'une reconnaissance du statut de la mère !

Et on fait quoi ?

Echanger, communiquer, parler avec d'autres mamans, et surtout abonnez le fantasme de vouloir être une mère parfaite.
1 commentaires

jeu.

18

juin

2009

Et si rêvasser pouvait vraiment changer notre vie ?

Lorsque nous rêvons, notre cerveau est particulièrement productif. Il en est de même lors de nos rêveries conscientes. Et si nous apprenions à les orienter positivement, à utiliser nos rêvasseries à bon escient ? Elles peuvent nous aider à résoudre nos difficultés, voire à orienter votre vie. Selon le Dr Michel Dib*, ' rêvasser c'est aider notre cerveau à transformer notre énergie émotionnelle en action concrète '...


En quoi nos simples rêvasseries peuvent nous être utiles ?


Dr Michel Dib : Le principe est le suivant : nos rêves conscients peuvent être utilisés positivement au service de nos actions. Autrement dit, en rêvant consciemment, notre cerveau peut trouver des solutions à nos problèmes.

Lorsque nous rêvons durant notre sommeil, notre cerveau devient soudainement très actif, comme le démontrent les enregistrements électroencéphalogrammes (EEG). Le cerveau travaille donc beaucoup pendant le rêve. Ce même phénomène vient d'être observé durant le rêve conscient, lorsque nous rêvassons. Ainsi, laisser notre cerveau partir à rêvasser n'est pas une perte de temps, c'est une action qui pourrait nous permettre de concentrer nos efforts et nos idées, de mettre en œuvre des mécanismes positifs de succès, de pratiquer l'autosuggestion par la répétition, etc. La rêverie consciente permet aussi de visualiser certaines situations et de les rendre plus concrètes.

Il faut bien comprendre que le cerveau ne distingue pas ce qui est imaginaire de ce qui est visible à l'œil. Si on lui présente une image de succès ou de bonheur, il va tout simplement la considérer et mettre en œuvre tous les mécanismes qui en découlent. Il s'approprie les éléments sans distinguer le vrai du faux.

Ainsi, lorsqu'en rêve conscient, on lui met à disposition des éléments positifs, il va tout mettre en action pour aller dans ce sens. C'est que le rêve fait appel au système de la motivation mettant en jeu des hormones aux effets bénéfiques sur le cerveau. C'est précisément pourquoi la motivation peut changer une personne. Le rêve est ainsi une façon d'activer ses propres motivations et de les mettre en œuvre dans la réalité.

Commet s'y prendre en pratique ? Comment utiliser la rêverie à notre avantage ?


Dr Michel Dib :

1) Prenons l'exemple d'une situation difficile. Il suffit de se laisser aller à imaginer une solution, une porte de sortie, et notre état émotionnel à ce moment précis du succès. En imaginant tous les détails possibles pendant 15 à 30 minutes, on imprègne notre cerveau de ces éléments positifs.

2) Ne rejetez pas, mais au contraire cherchez à approfondir les rêves spontanés, brefs et rapides qui envahissent notre cerveau dans des situations de difficultés. Il s'agit là de messages positifs de notre inconscient (état hypnotique spontané) envoyés à notre conscient pour l'aider, pour le revitaliser et lui donner les indications permettant de résoudre un problème.

Rêvasser est donc un état bénéfique…


Dr Michel Dib : Le rêve n'est pas un état qui éloigne de la réalité mais une activité cérébrale qui prépare les réalités sur des bases solides. Un autre intérêt du rêve est de permettre à notre cerveau d'avoir confiance en lui, de lui insuffler que tout, ou presque, est réalisable.

Enfin, on pourrait dire que le rêve conscient est une fenêtre qui permet de préparer le futur quand le présent devient étroit. En activant les émotions positives dans notre cerveau (joie, amour, plaisir…), le rêve nous aide à dépasser les situations délicates et complexes que nous vivons.

Il transforme notre énergie émotionnelle en action concrète.

* Le Dr Michel Dib est neurologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, membre de la Société française de neurologie et l'auteur de nombreux livres et publications dans la presse scientifique et grand public.

source: esante

2 commentaires

mar.

16

juin

2009

L'aventure au quotidien pour plus de bonheur

Vous en avez parfois assez de votre vie de tous les jours. Vous rêvez de partir en vacances ? Vous rêvez de changements, de nouveautés, en un mot d'aventures ? Alors pourquoi attendre ? Pourquoi ne pas commencer tout de suite ? C'est possible si vous ouvrez votre esprit.




Les habitudes sont rassurantes. Elles sont aussi libératrices de temps. Si vous avez l'habitude de manger tous les jours la même chose au petit-déjeuner, de vous habiller toujours avec les mêmes couleurs, vous gagnez un temps fou à ne pas vous poser de questions. Vous ne vous demandez pas : ' qu'est-ce que je vais prendre au petit-déjeuner ? ' ou ' qu'est-ce que je vais mettre aujourd'hui comme vêtements ? '

Mais si un peu d'habitudes libèrent, trop d'habitudes ennuient, dépriment. Or, nous avons tendance à nous laisser engluer par des habitudes et à ne plus laisser la vie nous surprendre.

Pourquoi est-ce un problème ? C'est que le plaisir vient des changements et nous le percevons tous. C'est pourquoi nous aimons les changements de saisons, les vacances, les voyages… L'erreur que nous faisons presque tous est une erreur d'appréciation : nous avons l'impression qu'un changement est obligatoirement un GRAND changement. Or, les petits changements sont eux aussi sources de bonheur et nous avons tendance à négliger de les cultiver.

Alors, voici des idées de petits changements simples et intéressants par leurs effets.

- Changez de coupe de cheveux, peut-être même de couleur de cheveux. Changer de tête, cela vous change d'humeur !

- Changez de couleur de vêtements : un manteau ou un blouson rouge, bleu, vert ?

- Offrez-vous un chapeau : vous changez de tête.

- Choisissez un nouveau parfum.

- Découvrez la ville, le village où vous habitez. Une visite guidée comme un touriste, pourquoi pas ? Vous regarderez ensuite votre environnement d'un autre œil.

- Regardez la nature autour de vous : les plantes, les fleurs, les connaissez-vous ? Et les oiseaux ?

- Allez écouter une conférence sur un sujet que vous ne connaissez pas ou peu.

- Changez de radio : vous écoutez RTL, RFI, France Inter, Europe 1 ou RMC, pourquoi ne pas tester, de temps à autre une autre fréquence et partir à l'aventure radiophonique ?

- Invitez des gens que vous aimez bien sans en être très proche.

- Parlez à des gens que vous ne connaissez pas. Comment ? Dans un magasin, n'hésitez pas à dire au vendeur ' vous avez l'air fatigué ' (si c'est vrai !) ou autre remarque pour engager une petite conversation.

- Changez la place de vos meubles dans votre logement pour vous offrir un environnement différent.

- Offrez-vous des draps de couleurs, des rideaux ou des serviettes de toilettes tendance. Cela change l'ambiance de votre chez vous.

- Changez de côté de lit avec votre conjoint. C'est tout bête, mais gageons que cette idée vous gêne. C'est un changement bizarre, mais fort intéressant. Essayez. Milton Erickson (1) l'avait conseillé avec succès à un couple vivant des difficultés sexuelles…

Et puis, inventez d'autres changements qui vous donneront un peu de plaisir et qui stimuleront votre énergie vitale. Le meilleur changement est celui qui est le plus petit, qui est instantané et qui ne vous coûte rien… sauf un petit effort.

(1) Psychiatre américain à l'origine du mouvement de la nouvelle hypnose ou hypnose éricksonnienne.

0 commentaires

mar.

16

juin

2009

Les états d'âme

Nos états d'âme nous influencent

 

Christophe André, psychiatre psychothérapeute, vient de publier ' Les états d'âme, un apprentissage de la sérénité ' aux éditions Odile Jacob. Il ouvre ainsi un champ encore inexploré de la psychologie... pour notre plus grand bonheur.


Les états d'âme, des émotions quotidiennes


Nos états d'âme, ce sont les sentiments, les émotions que nous ressentons au quotidien. Observer un enfant qui pleure parce qu'il s'est fait mal vous rend triste, un automobiliste qui tente de vous doubler en prenant des risques vous met en colère, une première fleur de printemps vous rend joyeux et l'odeur d'un parfum nostalgique…

Ces états d'âme n'ont pas été, jusqu'ici, explorés par la psychologie mais plutôt par les écrivains. Cela semble logique, les psychiatres se sont d'abord préoccupés de maladies graves pour soigner les souffrances de leurs patients. Ensuite est apparue, depuis quelques années, la psychologie positive (comment être heureux), antidote de la dépression.

Ces états d'âme plus subtils, plus fluctuants et plus éthérés, n'ont pas encore constitué de domaine d'étude psychologique : la tristesse, la fragilité, le ressentiment, l'inquiétude, mais aussi la compassion, la sagesse, la joie et le bonheur, autant de douleurs ou de douceurs de ces états d'âme qui sont évoquées par Christophe André.

Il ne nous livre cependant pas un catalogue d'états d'âme, mais un livre guide de vie pour nous apprendre à mieux composer avec des états d'âme. Comment ne pas se laisser envahir par les états d'âme négatifs, mais plutôt comment les accepter, les laisser passer, et comment cultiver les états d'âme positifs. L'auteur livre même une recette : l'idéal est de parvenir à éprouver deux fois plus d'états d'âme positifs que négatifs pour se trouver en harmonie.

La grande influence de nos états d'âme


Un caractère étonnant de ces états d'âme, c'est qu'ils ressemblent au temps qu'il fait. Quand il pleut, vous avez du mal à penser qu'il fait beau ailleurs et que le soleil va revenir. Quand vous êtes triste, vous avez tout à coup tendance à juger le monde à l'obscurité de cette tristesse, vous êtes immédiatement plus pessimiste, sans même en avoir conscience. Aussi ces états d'âme, tout subtils qu'ils soient, influencent considérablement nos décisions, nos orientations, nos vies entières. D'où l'intérêt de les travailler pour les influencer positivement, plutôt que de nous laisser passivement influencer par eux.

L'apprentissage de la sérénité, sous-titre de ce très beau livre, nous invite à augmenter nos capacités à ressentir le bonheur. La pleine conscience et la méditation à l'occidentale sont des pistes pour vous aider à être heureux… tout en acceptant tous vos états d'âme.

A lire

' Les états d'âme, un apprentissage de la sérénité ', de Christophe André, aux éditions Odile Jacob.

0 commentaires

dim.

14

juin

2009

Ciel je respire!

"Prendre conscience de sa respiration et apprendre à la contrôler, c'est agir sur ses émotions. Pour se sentir bien dans sa peau en toutes circonstances, Suivez le rythme."

Merci à Marie François de m'avoir sollicitée pour la partie"Je dois me concentrer"

Retrouvez l'article sur:

Santé Magazine - juin 2009[Télécharger l'article en entier - pdf]

1 commentaires

lun.

27

avril

2009

Vous avez dit, préjugé?

La vidéo qui fait le plus de buzz sur internet en ce moment (visionnées plus de 50 millions de fois !!! à ce jour) est cet extrait d'une émission anglaise Britains got Talent, style Nouvelle Star. Regardez, observez, écoutez la prestation de Susan Boyle visible uniquement sur Youtube (7mn) Je trouve que c'est une leçon d'école sur la formation des préjugés!

http://www.youtube.com/watch?v=9z0h1NNk1Ik

1 commentaires

lun.

13

avril

2009

Le vagabond et le vieillard

Un vagabond, sur son chemin, rencontre un vieillard occupé à planter devant sa maison quelques rejetons d’olivier. Il lui dit, rieur :

- Hé, bonhomme, crois-tu vivre assez vieux pour voir ces pousses-là te faire un jour de l’ombre ?

- Je fais, lui répond l’autre, mon travail de toujours, comme si j’avais devant moi une éternité d’oliviers.

- Et moi, lui dit l’errant, je vis le jour présent comme s’il était le dernier.

Tous deux rient, se serrent la main, l’un se remet à son ouvrage et l’autre poursuit son chemin.

Qui de ces hommes est le plus sage ? La réponse est vieille. Voici :

Ils ont parlé vrai tous les deux. Que sait-on du temps qui nous reste ? Une heure, un mois, dix ou cent ans ? Agir comme si l’on avait des jours infinis devant soi et pourtant être prêt à partir sans bagage, à l’instant même, où Dieu voudra.

Tel est l’art de vivre tranquille selon Mi Yang, moine chinois.

(Henri Gougaud, L’Almanach)

0 commentaires

lun.

30

mars

2009

De l'Air....

De l'Air....

 

Voici le dernier article auquel j'ai contribué. Vous le trouverez dans le magazine Atmosphère Côté Femme d'Avril.

 

Avec Florence Villien, nous donnons des conseils sur ... Eh oui vous l'aurez deviné sur la respiration!

Merci à Maureen Diament de m'avoir interviewée pour son article.

1 commentaires

jeu.

12

mars

2009

Mantra

Lorsque le rythme verbal est intériorisé au lieu d'être énoncé, la mélopée devient un mantra

 

 

De nombreuses personnes répètent tranquillement un simple mot ou une simple expression en eux mêmes, afin d'atteindre un état méditatif.

 

Il n'est pas nécessaire d'employer une langue ou un mot particuliers

 

Le mot "un" peut parfaitement convenir

 

Mais vous pouvez aussi choisir un mot à fort pouvoir de suggestion comme "calme" ou " détente" ou "lâcher prise" ou tout autre mot qui vous apaise

 

Asseyez confortablement dans une pièce où vous êtes sûr de ne pas être dérangé et choisissez un mot ou une syllabe que vous aimez répéter intérieurement, en laissant votre mental se centrer sur votre mantra

 

Laissez s'installer une respiration de calme

 

Goûtez l'apaisement...

 

0 commentaires

jeu.

12

mars

2009

Lorsque le processus répétitif est verbal

Lorsque ce processus est verbal et provient du sujet lui même, le résultat est ce que l'on appelle une mélopée:

 

  • Au cours des siècles presque toutes les religions ont utilisé le pouvoir de la répétition rythmée à l'infini des mots, sur un ton aigu et monotone ce qui apaise le corps et l'esprit.
  • Certains mots semblent particulièrement efficaces, de par la qualité de leur son ou des suggestions spirituelles de leur sens.
  • Les mélopées peuvent être particulièrement adaptées dans le cadre d'un groupe
  • Choisissez n'importe quel mot, syllabe ou expression, dans n'importe quelle langue
  • Répétez le fort et lentement, encore et encore
  • jusqu'à ce que vous vous sentiez suffisamment relaxé pour fermer les yeux...
1 commentaires

jeu.

12

mars

2009

Autre technique pour entrer en auto hypnose

Voici une technique appelée Monotonie

 

Il s'agit d'une technique bien connue qui comporte de nombreuses possibilités de variations

Tout processus répétitif ou rythme régulier tend , si on se concentre sur lui pendant quelques temps, à rétrécir le champ de conscience et à provoquer un état hypnotique

 

  • Ce schéma peut être auditif, comme le cas d'une horloge , d'un métronome ou de l'eau qui s'égoutte

  • Il vous suffit d'écouter le son , de vous en pénétrer et de laisser tout le reste disparaître en arrière plan

  • Un stimulus visuel monotone fonctionne exactement de la même façon.

  • Regardez fixement un objet tel qu'un pendule jusqu'à ce que vous vous fatiguiez de sa monotonie

  • Fermez les yeux et gouttez le plaisir de la relaxation

0 commentaires

mer.

11

mars

2009

La thérapie hypnotique

La thérapie hypnotique est la plus ancienne de toutes les techniques de guérison

 

 

  • Certaines formes d'hypnose font partie intégrante de l'expérience humaine depuis trois mille ans.
  • Les anthropologues nous disent que toutes les cultures primitives connues possédaient une quelquonque forme de processus hypnotique appartenant à leurs activités religieuses et: ou de guérison
  • Les chamans, sorciers et chefs religieux de toutes les cultures utilisent les techniques hypnotiques  pour soigner les malades et entrer en contact avec les forces enfouies de la nature
  • Les archéologues ont découvert les preuves de l'utilisation il y a plus de 3000 ans en Egypte de procédés hypnotiques très semblables à ceux employés aujourd'hui
  • Les Grecs de l'Antiquités utilisaient des techniques hypnotiques lorsqu'ils consultaient les oracles
  • Ils possédaient également des "temples du sommeil" dans lesquels des prêtresses faisaient entrer les guerriers et les nobles en transe hypnotique...

 

0 commentaires

mer.

11

mars

2009

Convergence

La convergence est une variante de la méthode "fixation des yeux"

Ici l'objet est à moins de 15 cm des yeux

Vous pouvez aussi choisir de fixer le bout de votre nez

 

  • Cela crée une certaine tension dans les muscles des yeux de sorte que la relaxation est encore plus nette quand vous cessez
  • Comme pour la fixation des yeux, lorsque vous êtes fatigué ou lorsque vous en avez assez,  vous fermez les yeux
  • Vous inspirez et expirez longuement en pleine conscience plusieurs fois de suite
  • Vous continuez à vous détendre pendant quelques minutes
  • Vous ouvrez les yeux quand vous le désirez.

 

1 commentaires

mer.

11

mars

2009

Exercice auto hypnose

voici un premier exercice d'auto hypnose à pratiquer le plus régulièrement possible

Fixation des yeux

 

 

Dans cette méthode d'une grande simplicité, je vous invite à regarder fixement un objet

Vous pouvez choisir un point sur le mur, une bougie allumée, ou tout ce qui répond à votre fantaisie...

Un petit objet discret facile à fixer convient le mieux

L'objet est près de vous

Expérimentez pour voir quelle distance vous convient le mieux

 

Observez l'objet en détail, en notant les subtilités de sa forme, de sa couleur et de l'éclairage

Fixez le pendant quelques minutes jusqu'à ce que vous vous sentiez fatigué ou que vous en ayez assez

Lorsque vous sentez que vous en avez assez fermez les yeux

 

Inspirez et expirez longuement, doucement plusieurs fois en pleine conscience

Remarquez combien vous vous sentez décontracté

 

 

Quand vous le souhaitez vous ouvrez les yeux

Vous vous sentez bien...

1 commentaires

mer.

04

mars

2009

Conseils pour bien pratiquer l'auto-hypnose

Afin de pratiquer efficacement l'auto hypnose, voici quelques conseils qu'il vous faut connaître:

  1. le point le plus important est que chaque suggestion doit être faite en terme positive
  2. remplacez la position couchée par une confoprtable position assise
  3. respectez les rythmes naturels du corps  (pour sortir de l'auto hypnoe,employez la même séance de visualisation que pour y entrer (si je descends un escalier pour entrer en hypnose, je remonte l'escalier pour en sortir)
  4. ne pas avoir d'attente excessive, ne pas faire trop d'effort
  5. pratiquez l'auto hypnose deux fois par jour, c'est un bon rythme
  6. ne regardez pas une horloge, faites confiance à votre horloge interne
  7. ne mélangez pas les images
  8. ne pratiquez pas juste après manger
  9. ne pratiquez pasjuste avant d'aller au lit
  10. usez de sagesse dans les techniques que vous choisissez
1 commentaires

mer.

18

févr.

2009

L'auto hypnose

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les bienfaits de l’auto-hypnose

De nombreuses études existent sur les bienfaits de l’auto-hypnose. Il apparaît que ce  phénomène naturel que l’on appelle auto-hypnose, offre des perspectives formidables d’amélioration de la santé et de développement personnel.

  

A Londres, près de 6000 cadres de grandes entreprises internationales (shell, british, petroleum,

hewlett packard,… ) ont suivi une formation de cette auto-hypnose visant à la cohérence du rythme cardiaque. Aux USA, plusieurs milliers d’autres grandes entreprises ont permis de faire suivre (suivis) des formations similaires. Leurs cadres ont fait l’objet d’observations régulières qui indiquent qu’une telle pratique permet de gérer et de régulariser le stress sur trois différents niveaux où son influence agit d’une façon significative  : les niveaux physique, émotionnel et social.

L’étude du Dr F. LUSKIN (2002), effectuée sur des patients souffrant d’insuffisance cardiaque sévère, démontre qu’une pratique régulière de l’auto-hypnose (notamment par une visualisation de la respiration en cohérence avec les battements du coeur) contribue considérablement à :

 

 diminuer le niveau de stress

- baisser le niveau de dépression

- améliorer la condition physique

 

1 commentaires

mer.

18

févr.

2009

Christophe André et la psychologie positive

 

Ce qui nous rend plus costauds»

 

Le Nouvel Observateur. - Vous êtes une autorité de la psychologie positive en France et vous abordez souvent la question du bonheur dans vos livres. Pourquoi ?
Christophe André. - Parce que nous ressentons davantage d'émotions négatives que positives. C'est une donnée objective de notre psychobiologie. Dans les études où les gens doivent citer le maximum d'adjectifs décrivant leurs états d'âme, on obtient trois quarts de termes négatifs pour un quart seulement de positifs. Les émotions négatives, comme la méfiance, la haine, la prudence, présentent un avantage adaptatif et sont indispensables à la survie. Mais elles nous fragilisent et grignotent notre joie de vivre. Or dans la logique de l'évolution, les émotions positives sont aussi très précieuses pour la capacité à explorer l'environnement ou à se réparer après une blessure. Il suffit d'augmenter légèrement les états d'âme positifs d'une personne - par des petites manipulations de labo, comme de le faire gagner à des jeux simples, ou de lui faire un petit compliment - et aussitôt sa créativité, son esprit de synthèse, sa curiosité vont bondir. En thérapie, on peut donc se servir des émotions positives pour limiter l'impact des négatives.

N. O.
- Quelles sont les évolutions thé rapeutiques en psychologie positive ?
Ch. André. - Nous commençons à voir apparaître des groupes de méditation de pleine conscience. J'en anime un à l'hôpital Sainte-Anne pour la prévention des rechutes dépressives et anxieuses. Ces exercices de méditation centrée sur l'instant présent sont très utiles pour des patients émotionnellement vulnérables. Ils voient que l'esprit a tendance à anticiper ou à ruminer, ils apprennent à ne pas se laisser embarquer, à revenir doucement sur l'instant présent. On intègre des exercices très simples de psychologie positive : apprendre à s'extraire d'une journée stressante, se poser, respirer, regarder le ciel et sourire en pensant «je suis vivant». Cette psychologie du bonheur repose sur de toutes petites touches qui peuvent paraître niaises, mais leur efficacité est prouvée !

N. O.
- Quel est l'apport spécifique de la psychologie positive par rap port aux thérapies comportementales et cognitives (TCC) ?
Ch. André. - C'est une branche du même arbre, mais là où les TCC se focalisent sur la maladie, la psychologie positive agit en amont et en aval. En prévention primaire, elle renforce chez les gens ce qui va les rendre costauds face à l'adversité. Et dans le suivi, elle les aide à ne pas rechuter.

* Christophe André est psychiatre à l'hôpital sainte-anne. il a publié en 2006 «imparfaits, libres et heureux» (odile jacob) et «de l'art du bonheur» (l'iconoclaste).

2 commentaires

lun.

09

févr.

2009

osez être heureux

Si votre meilleur ami ou si votre conjoint nage dans le bonheur, votre probabilité d'être heureux, vous aussi, augmente de 25%. Si vous entourage comporte de nombreuses autres personnes heureuses, faites vous-même votre calcul... Autrement dit, le bonheur a l'énorme avantage d'être contagieux. La démonstration est scientifique.


Le bonheur se partage


Nous aspirons tous au
bonheur. Parallèlement, être heureux est bénéfique pour la santé, à tel point que l'Organisation mondiale pour la santé (OMS) commence sérieusement à considérer le bonheur comme une composante de la santé. Favoriser et développer le bonheur est alors très important. Une étude américaine a cherché à savoir dans quelle mesure le bonheur pouvait être transmissible. Plus de 4.700 personnes ont répondu à des questionnaires permettant d'évaluer l'intensité de leur bonheur.

Le bonheur est transmissible


Voici les principales découvertes et conclusions des chercheurs.

 

  • Avoir un ami heureux augmente de 25% la probabilité de devenir heureux.
  • Même les personnes plutôt malheureuses ont tendance à devenir heureuses dans un futur plus ou moins proche lorsqu'elles sont entourées de personnes heureuses.
  • Cette propagation du bonheur l'est jusqu'au 3e niveau de relation. Ainsi, le bonheur se transmet aux amis des amis des amis.
  • Il s'agit bien d'une transmission du bonheur et non du phénomène classique selon lequel ' qui se ressemble s'assemble '.
  • A noter que le bonheur se transmet aux amis, à la fratrie, au conjoint, aux voisins de palier, mais pas aux collègues de travail.
  • La propagation du bonheur nécessite un certain degré de rapprochement : il faut habiter à moins de 1,6 km d'une personne heureuse.
  • Et enfin, attention, la contagion diminue avec l'éloignement géographique et avec le temps…

Osez être heureux, c'est contagieux !

Si votre meilleur ami ou si votre conjoint nage dans le bonheur, votre probabilité d'être heureux, vous aussi, augmente de 25%. Si vous entourage comporte de nombreuses autres personnes heureuses, faites vous-même votre calcul... Autrement dit, le bonheur a l'énorme avantage d'être contagieux. La démonstration est scientifique.


Le bonheur est à portée de main


Alors un conseil, cultivez votre réseau de bonheur, pour vous et pour vos proches. Apprenez à bien vous entourer, et n'ayez pas de crainte à montrer votre bonheur aux autres !

 

4 commentaires

dim.

08

févr.

2009

exercice de psychologie positive

Vous êtes assis face à un chevalet, sur lequel est déposé une toile d’un blanc immaculé. À votre gauche, un éventail de pinceaux touts neufs. À votre droite, une palette de couleurs remplie de vos nuances préférées. Vous êtes heureux. Les yeux tournés vers l’horizon, mais les pieds fermement enracinés dans le présent, vous êtes prêt à vous exprimer, à vous amuser… Oui, vous êtes prêt à débuter le nouveau cycle qui est en voie de commencer. Et le cœur joyeux, vous établissez que chaque jour, dorénavant, sera le début d’une «nouvelle aventure» – une occasion de vous réinventer, de créer, de prendre contact avec l’étendue de vos possibilités.


1 commentaires

dim.

08

févr.

2009

Les traits positifs de l'être humain

Les six traits positifs de l'être humain
Le Character Strengths and Virtues. A Handbook and Classification, de Peterson et Seligman (2004) a dressé la liste des six traits (ou caractéristiques) positifs de l'être humain. Ces traits favoriseraient le bonheur et le bien-être. Quels sont-ils?

- La sagesse et la connaissance, incluant la curiosité, la créativité et l'ouverture d'esprit.

- Le courage, qui comprend la persévérance, l'authenticité et l'enthousiasme.

- L'humanité, qui inclut l'amour, l'intelligence émotionnelle et la bienveillance.

- La justice, y compris la responsabilité sociale et le leadership.

- La tempérance: ce sont les forces qui protègent contre les excès. Incluant la prudence, l'humilité et le pardon.

- La transcendance: savoir apprécier la beauté, avoir de l'espoir, de la gratitude, de l'humour et une vie spirituelle.

3 commentaires

dim.

08

févr.

2009

Psychologie positive

La psychologie positive est une branche de la psychologie cognitive basée sur des fondements humanistes. Elle a pris naissance à la fin des années 1990, avec le psychologue et professeur Martin Seligman, qui a mis sur pied le Positive Psychology Center, à l'Université de Pennsylvanie.

Il y a 10 ans encore, 90 % des articles scientifiques en psychologie étaient consacrés aux problèmes des individus et le but principal était d'aider une personne à passer de -5 à 0 sur une échelle de satisfaction (bien-être). L'arrivée de la psychologie positive permet à chacun de passer de 0 à 5 sur la même échelle, en mettant l'accent, non sur ce qui va mal dans sa vie, mais sur ce qui va bien, et de miser plutôt sur ses forces que sur ses faiblesses.

0 commentaires

dim.

08

févr.

2009

Pause serviette

0 commentaires

mar.

03

févr.

2009

Mes conseils sur la respiration dans Côté Santé

Je remercie Emmanuel Perochon journaliste à Côté Santé de m’avoir interrogée sur la place de la respiration dans le bien être.

Son article « Bien respirer pour mieux vivre » vous dévoilera les secrets de la respiration et vous donnera aussi l’éclairage d’un Maître en arts martiaux.

Bien sûr vous retrouverez les exercices de respiration phares du site:

  1. Comment observer sa respiration
  2. La respiration ressource
  3. Aussi les conseils de base

A découvrir page 56, 57, 58 ….

Côté Santé Février 2009

3 commentaires

mar.

27

janv.

2009

blog sur Guérir.fr

Nouveau, j'anime à partir de maintenant un blog dédié à la santé et à la lutte contre le cancer sur le site de David Servan Schreiber: Guérir.

 

Retrouvez régulièrement des infos, des techniques pour faire face à la maladie.

http://www.guerir.fr/Members/benedictefli/infos

 

 

3 commentaires

sam.

24

janv.

2009

Un cours de flirt pour les informaticiens

L’université de Potsdam, en Allemagne, a organisé un cours de flirt et de socialisation pour les aspirants ingénieurs informaticiens. Quelque 440 étudiants s’y sont inscrits, a annoncé un communiqué de l'Université sur son site internet.

Pour animer le séminaire, l’université a eu recours à un expert national de la séduction: Philip von Senftleben, auteur, animateur radiophonique et animateur de conférence. Il enseigne, dit-il, "à faire battre rapidement le coeur de quelqu'un d'autre pendant que le vôtre reste calme".
Au programme: comprendre le langage corporel, parler en public, savoir se présenter, composer avec le stress et le rejet, ...

Le cours fait partie de la section "habiletés sociales" du programme de formation qui vise à faciliter l'entrée des finissants dans le monde du travail.

"Nous voulons préparer nos étudiants avec les habiletés sociales nécessaires pour réussir dans leur vie privée et dans leur vie de travail", a expliqué un porte-parole de l'université.
Psychomédia

2 commentaires

sam.

24

janv.

2009

Quand la famille se mobilise pour aider un proche

« Il n’est pas rare que la dynamique d’une famille change lorsqu’un de ses membres tombe malade ou est aux prises avec un grave problème de santé », affirme le Dr Michael Gordon. Grâce à son expérience en gériatrie et en soins palliatifs, il en connaît beaucoup sur la façon dont les membres d’une famille peuvent collaborer pour réunir le courage, l’espoir et le soutien requis dans les moments les plus difficiles. Il nous fait part ici de ses connaissances et de son expérience.

« Lorsqu’un proche est malade, on doit reporter toute notre attention sur lui », déclare le Dr Michael Gordon, directeur du programme médical de soins palliatifs du Baycrest Geriatric Centre de Toronto et coauteur de Parenting Your Parents. « Lorsque tous les membres de la famille collaborent et font front commun, le patient et sa famille en profitent. »

Si votre famille fait face à une crise de santé, suivez les conseils fournis par le docteur Gordon pour améliorer le sort de toutes les personnes concernées et, surtout, de la personne malade.

  • Soyez ouverts. Tenez des conseils de famille et trouvez un moyen réaliste et satisfaisant d’offrir des soins de soutien. « Sans porter de jugements, discutez de la façon dont vous pourriez collaborer pour fournir les soins, l’amour et le soutien requis, suggère le docteur Gordon. Permettez à tous les membres de la famille de participer aux soins comme ils le veulent et aussi souvent qu’ils le désirent. »
  • Soyez francs les uns avec les autres et avec votre proche qui est malade. Ne tombez pas dans le piège de ce que le docteur Gordon appelle « la conspiration du silence ». Si une personne gravement malade veut connaître son état de santé, soyez franc avec elle. « Souvent, cette personne a plus peur de l’inconnu que de son état particulier, précise-t-il. La vérité n’anéantit pas nécessairement l’espoir. Au contraire, je constate souvent du soulagement dans les yeux du patient qui apprend de quoi il souffre, parce qu’il sait au moins à quoi s’attendre. »
  • Permettez à la personne malade de savourer des plaisirs simples. Il est facile d’empêcher une personne que vous aimez de faire quelque chose qu’elle veut lorsqu’elle est gravement malade. Quand on a affaire à un adulte, cette attitude a pour effet de le couper de la vie qu’il veut mener. « Lorsqu’un adulte est gravement malade, les membres de sa famille ont tendance à le surprotéger à un point tel qu’il n’a plus son mot à dire dans des aspects très importants de sa propre vie, explique le docteur Gordon. Or, il ne faut jamais oublier de le laisser jouir des petits plaisirs qui donnent un sens à sa vie. En cas de doute, consultez son médecin ou son principal fournisseur de soins de santé. »
  • Prêtez l’oreille, même lorsque c’est difficile. Il n’est pas facile parfois d’écouter quelqu’un qu’on aime exprimer ses peurs, son découragement et sa colère par rapport à sa maladie — surtout si c’est une personne que vous avez toujours considérée comme forte et indépendante. Mais il est important de le faire. « Ne changez pas de sujet ou ne rejetez pas du revers de la main les commentaires d’un malade qui exprime ses incertitudes quant à sa santé, poursuit le docteur Gordon. En faisant preuve d’empathie et de compassion, vous l’aiderez à apaiser ses peurs et à réduire son stress. »
  • Travaillez de concert avec les professionnels de la santé. Au besoin, confiez à un ou deux membres de la famille le rôle de contact principal. Dans certains cas, les membres de la famille constituent la seule source d’information vitale du médecin et sont souvent le prolongement de l’équipe soignante.
  • Assurez-vous que votre proche n’est pas coupé du monde. « Les gens gravement malades, surtout ceux qui ont quitté leur foyer, peuvent se sentir délaissés, indique le docteur Gordon. Les membres de la famille devraient les tenir informés des réunions et des activités de famille, ainsi que des succès remportés par certains membres. Même s’ils ne participent pas à ces activités, les personnes malades se considèrent encore comme faisant partie de la famille et comme un membre de leur monde personnel et externe. »
  • Offrez du réconfort. « Même si vous n’êtes pas sûr vous-même de ce qui va se passer, faites savoir au patient que toute la famille est là pour le soutenir tant sur le plan physique qu’émotionnel, conseille le docteur Gordon. Dites-lui que vous prendrez soin de lui et que l’équipe soignante met tout en œuvre pour assurer son bien-être. »
  • Sachez que les limites physiques ne sont que physiques. Lorsqu’une personne décline sur le plan physique, on a tendance à la traiter différemment sur les plans émotionnel et intellectuel. Ne vous faites pas prendre à ce piège. « Ce n’est pas parce qu’une personne est confinée au lit qu’elle perd sa valeur intrinsèque. Elle mérite encore tout le respect et toute l’attention qu’on lui manifestait avant qu’elle tombe malade », précise le docteur Gordon.

www.plusquedesmedicaments.ca

0 commentaires

sam.

24

janv.

2009

La plupart des gens acceptent de torturer s'ils s'en font donner l'ordre

Près de 50 ans après la célèbre expérience de Milgram, un psychologue social américain l'a reproduite et a constaté que les gens sont toujours aussi disposés à administrer à d'autres ce qu'ils croient être des chocs électriques douloureux quand ils se le font demander par une figure d'autorité.

Dans l'expérience de Stanley Milgram de l'Université Yale, publiée en 1963, des volontaires, croyant qu'ils testaient les effets de la punition sur l'apprentissage, administraient ce qu'ils croyaient être des chocs électriques, d'intensités de plus en plus grandes, à une autre personne (qui était en fait un acteur) se trouvant dans une pièce séparée.

Un expérimentateur demandait aux participants de donner des chocs, de plus en plus forts, chaque fois que la personne donnait une réponse erronée. Après avoir entendu les premiers cris de douleur, à 150 volts, 82.5% des participants continuaient à administrer les chocs, et de ceux-ci, 79% ont continué à en donner jusqu'à la puissance maximale du générateur, soit 450 volts.

Jerry M. Burger, de l'Université Santa Clara (Californie), a reproduit l'expérience avec 70 participants (29 hommes et 41 femmes) et a constaté que les taux d'obéissance aux demandes de l'expérimentateur étaient à peine plus faibles que ceux constatés par Milgram: 70% des participants poursuivaient au-delà de 150 volts, après des cris de douleur de l'acteur. L'expérience était alors arrêtée.

"Dans l'expérience de Milgram, presque 4 participants sur 5 qui continuaient après 150 volts, poursuivaient jusqu'à la limite de la machine de 450 volts", dit Burger.

L'expérience de Milgram avait été vivement critiquée en raison de la détresse qu'elle faisait vivre aux participants. Depuis, les expériences psychologiques sont soumises à des normes éthiques plus restrictives.

Dans cette dernière expérience de Burger, les participants se faisaient dire, au moins trois fois, qu'ils pouvaient se retirer de l'expérience en tout temps et qu'ils recevraient quand même leur paiement de $50.00. Avant de commencer à donner les chocs, ils recevaient eux-mêmes un exemple de choc de faible voltage, 15 volts (comparativement à 45 volts dans l'expérience de Milgram).

Comme dans l'expérience de Milgram, aucune différence n'a été constatée entre les hommes et les femmes.

Lorsqu'ils sont sous pression, les gens peuvent faire des choses effrayantes, dit l'auteur. Bien qu'il soit difficile de transposer ce travail de laboratoire dans le monde réel, dit-il, le phénomène démontré peut expliquer partiellement que, dans des temps de conflit, les gens puissent prendre part à des génocides.

Le phénomène, mentionne l'auteur, n'est pas étranger à la culture de la société. Culture où le conformisme est une valeur dominante.

Ces résultats sont rapportés dans le numéro de janvier de la revue American psychologist.

Psychomédia avec sources:
American Psychological Association

2 commentaires

sam.

24

janv.

2009

Le contrôle de l'appétit serait plus difficile pour les femmes

Les hommes et les femmes présentent des différences dans les mécanismes cérébraux du contrôle de l'appétit, selon une recherche publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.

Cette étude visait à identifier les zones du cerveau qui sont activées lorsqu'une personne résiste à des aliments appétissants afin d'avancer dans la compréhension des mécanismes concernant l'appétit et la satiété qui peuvent sous-tendre l'obésité. Les chercheurs ont été surpris de constater une différence entres les hommes et lesL'équipe de Gene-Jack Wang du Brookahven National Laboratory de New York a demandé à 13 femmes et 10 hommes non obèses et n'ayant pas de trouble alimentaire, de jeûner pendant une journée. Ils ont ensuite analysé, au moyen d'imagerie cérébrale, leurs réactions lorsqu'ils se faisaient présenter leur nourriture préférée. La vue des bons plats activait des régions liées à la régulation émotionnelle et à la motivation.

Les participants se faisaient demander, dans un deuxième temps, de renoncer à ces bons mets, en supprimant ou en atténuant la sensation de faim ou l'envie de manger (inhibition cognitive).

Les images cérébrales montraient que, chez les femmes, même si plusieurs d'entre elles affirmaient être parvenues à ne pas avoir envie de manger, les zones de la motivation continuaient à être activées, ce qui n'était pas le cas chez les hommes.

Le manque de réponse d'inhibition constaté chez les femmes est consistant avec les études comportementales montrant que les femmes ont une plus grande tendance que les hommes à la suralimentation en réponse à des aliments appétissants ou dans un état de
détresse émotive, dit Wang. Il peut être un facteur majeur contribuant à la différence entre hommes et femmes dans les taux d'obésité et de troubles alimentaires, et peut aussi sous-tendre la plus grande difficulté des femmes à perdre du poids
en suivant un régime amaigrissant.

Les différences dans les hormones sexuelles telles que l'estrogène peuvent sous-tendre cette différence et méritent d'être explorées. Des études devraient, par exemple, vérifier l'influence des variations dans le
cycle menstruel
.

Une
étude publiée en novembre dernier avait aussi montré une différence entre les hommes et les femmes en ce qui concerne le lien entre l'obésité et une tendance générale à l'impulsivité (se manifestant dans d'autres domaines que l'alimentation tels que les comportements économiques). Ce lien était présent chez les femmes mais pas chez les hommes.

Référence: Psychomédia

1 commentaires

ven.

23

janv.

2009

Regard neuf

J'aimais ces jeux avec l'esprit des choses. D'où me venaient-ils ? Je ne sais. De l'enfance peut-être, où le temps est si lent et le regard si neuf que l'on peut percevoir d'impalpables présences dans les transparences de l'air. Il me semblait que rien, sous le soleil, n'était indifférent, que tout était venu par désir en ce monde, que l'herbe, les cailloux, les arbres, les nuages, l'espace infini même avaient une mémoire, une conscience, une attention parfois craintive, parfois aimante, une âme secrètement parente de la nôtre.

Henri Gougaud, Paramour

1 commentaires

ven.

23

janv.

2009

Les gestes qui nous trahissent

Vos gestes reflètent votre pensée

 Vous buvez un café… Vous tenez votre tasse de la main droite : votre tempérament est souvent plus autoritaire que consensuel. De la main gauche ? Vous êtes plutôt sociable. Vous alternez les deux mains ? C'est le signe d'une instabilité. Vous avez sans cesse le petit doigt en l'air ? Vous avez une petite tendance au mépris...

Vous tournez la cuillère… De la main gauche, en la tournant dans le sens des aiguilles d'une montre : vous êtes sensible à l'aspect esthétique de l'univers. De la main gauche, en sens inverse des aiguilles : vous êtes un sceptique. Main droite, sens des aiguilles d'une montre : vous savez ce que vous voulez. Main droite en sens inverse : vous êtes un créatif contrarié.

Vous fumez une cigarette… Vous la laissez se consumer : vous ne finissez pas ce que vous commencez. Vous la tenez entre le pouce et l'index, les autres doigts libres : vous êtes d'un tempérament précieux, affecté. Même chose, mais les trois doigts reposent côte à côte sur la cigarette : vous avez un besoin de domination. Vous la tenez entre le pouce et le majeur, et la tapotez de l'index : vous vous sentez incompris. Vous la coincez à la base des doigts, entre l'index et le majeur : rien ne doit vous échapper.

Vous téléphonez…Vous écoutez de l'oreille droite : vous êtes cartésien et logique. De l'oreille gauche : vous êtes ouverte sur le plan social et psychologique mais n'avez rien d'un meneur. Vous utilisez indifféremment les deux oreilles : soit vous êtes d'humeur instable, soit votre correspondant vous énerve. Vous coincez l'appareil sous votre oreille pour dégager vos mains : c'est typique d'un tempérament hyperactif !

Vous jouez avec le briquet…Vous faites jouer la molette de votre briquet avec le pouce gauche ? Vous êtes plus investi dans vos émotions que dans votre raison... Avec le pouce droit ? Vous êtes une personne logique et ambitieuse. Avec l'index droit ? C'est le geste typique d'un grand séducteur ! Avec l'index gauche ? Cela dénote un tempérament envieux. Vous tripotez sans arrêt votre briquet ? Vous semblez perturbé par une situation frustrante. Vous l'allumez encore et encore, sans raison ? La confusion règne, dans votre coeur ou votre esprit.

Topsante.com

2 commentaires

ven.

23

janv.

2009

Comment redevenir un enfant

Aujourd'hui le maître Zen Osho nous invite à redevenir des enfants, en prenant conscience que notre mental nous empêche de voir la réalité telle qu'elle est.

"Si l'enfant voit que les parents sont très heureux parce qu'il acquiert des connaissances, il commence à accumuler de plus en plus de savoir.
Il commence à oublier ce "tour de main" inné qu´il avait amené avec lui dans cette vie.
Le jour où il sort de l'université, il a complètement oublié l'une des choses les plus belles qui lui a été donnée par Dieu : la capacité à s'émerveiller, la capacité à voir sans penser, la capacité à contacter la réalité sans que le mental interfère, déforme continuellement."- Osho

0 commentaires

ven.

23

janv.

2009

Le paradis est en vous

"L´homme est déjà là où il doit être, où il est supposé être. L'homme est au paradis.
Le jardin d´Eden n´a jamais été quitté, personne ne peut vous en évincer.
Mais vous pouvez vous endormir, vous pouvez commencer à rêver de mille et une choses. Alors ces rêves deviennent votre réalité et la réalité disparaît très loin, devient irréelle." - Osho


Le paradis est en vous, nulle part ailleurs. C'est raison pour laquelle, la meilleure façon de trouver le bonheur c'est de prendre conscience de tout ce que vous avez déjà.
Tous les petits cadeaux que vous a offert la Vie depuis votre naissance, toutes les épreuves que vous avez traversées et qui ont été autant de leçons à apprendre pour vous permettre de mûrir.

0 commentaires

ven.

23

janv.

2009

Désir

 

"Un Empereur sortait de son palais lorsqu'il rencontra un mendiant.

Il lui demanda : "Que désires-tu?"
Le mendiant se mit à rire : " Tu demandes cela comme si tu pouvais combler mon désir!" répondit-il.
Le roi fut offensé : "Bien sûr que je peux combler ton désir. Quel est-il? Dis-le moi."
Le mendiant dit :"Songes-y à deux fois avant de rien promettre!".
Ce n'était pas un mendiant ordinaire. Il avait été le Maître de l'Empereur dans une vie passée. Et il lui avait promis : "Je viendrai et essaierai de t'éveiller dans une prochaine vie. Dans cette vie-ci, tu as raté, mais je reviendrai."
Le roi avait complètement oublié - qui se souvient de ses vies passées? Aussi insista t-il: "Je t'accorderai tout ce que tu demanderas. Je suis un empereur très puissant. Que peux-tu désirer que je ne puisse te donner?"
"Bien, dit-le mendiant, c'est un désir très simple? Vois-tu ce bol? Peux-tu le remplir de quelque chose?"
"Naturellement " dit l'Empereur. Et il appela un de ses vizirs et lui ordonna de remplir le bol du mendiant avec de l'argent. Le vizir alla chercher l'argent le versa dans le bol...mais ce qu'il avait versé disparut. Il en versa encore et encore, mais à l'instant même où il le versait l'argent disparaissait. Et le bol du mendiant restait désespérément vide.
Tout le palais se réunit. Peu à peu la rumeur se répandit à travers la capitale et une immense foule se rassembla. Le prestige de l'Empereur était en jeu. Il dit à ses vizirs : "Si tout le royaume doit être perdu, je suis prêt à le perdre, mais je ne puis être vaincu par ce mendiant."
Des diamants, des perles, des émeraudes.. tous ses trésors se vidaient. Ce bol de mendiant semblait être sans fond. Tout ce qui y était mis y disparaissait immédiatement, se volatilisait. Finalement le soir vint. Les gens se tenaient là dans un silence absolu. Le roi tomba aux pieds du mendiant et admit sa défaite.
"Dévoile-moi seulement une chose, lui dit-il. Tu es vainqueur mais, avant de partir, satisfais ma curiosité. De quoi ce bol est-il fait?"
Le mendiant rit et répondit. "Du mental humain. Il n'y a aucun secret, il est fait du désir humain."

1 commentaires

ven.

23

janv.

2009

La vie


"La Vie est une chance, saisis-la
La Vie est un cadeau, accepte-le
La Vie est une beauté, admire-la
La Vie est une béatitude, savoure-la
La Vie est un devoir, accomplis-le
La Vie est un rêve, fais-en une réalité
La Vie est un défi, relève-le
La Vie est un jeu, joue-le
La Vie est précieuse, prends-en soin
La Vie est une richesse, conserve-la
La Vie est un amour, jouis-en
La Vie est un mystère, perce-le
La Vie est une promesse, respecte-la
La Vie est tristesse, surmonte-la
La Vie est une chanson, chante-la
La Vie est un combat, dispute-le
La Vie est une tragédie, prends-la à bras le corps
La Vie est une aventure, tente-la
La Vie est un bonheur, mérite-le
La Vie est la Vie, défends-la"

Et vous, comment jugez-vous votre vie après avoir lu ces quelques lignes ?
Quelles décisions comptez-vous prendre si elle
n'est pas conforme à vos attentes ?

2 commentaires

ven.

23

janv.

2009

Obama et la santé

La réforme du système de santé américain est l'une des grandes promesses de campagne du président Barack Obama dans un pays où 46 millions d'habitants ne bénéficient pas de couverture maladie.

 

Obama propose donc une réforme du système de santé permettant la mise en place, au niveau fédéral, d'une « assurance santé universelle » sans pour autant imposer une couverture santé obligatoire à l'exception des enfants.

 

1 commentaires

jeu.

22

janv.

2009

La tortue et les étoiles...

La tortue qui prend des risques

 

Dans cette histoire italienne, le dialogue se tient entre une tortue et un crapaud, sous un pont tout au bord d’une rivière. Un soir une tortue décide pour la première fois de sa vie de s’en aller faire une tour dans la nuit. Un crapaud qui la voit lui dit :

« Quelle imprudence de sortir à pareille heure ! » Mais la tortue continue son chemin sans se soucier des bons conseils de son ami. Il lui arrive cependant de faire un pas plus long que l’autre et de se retrouver sur le dos. Le crapaud s’exclame aussitôt : « Je te l’avais bien dit, c’est une imprudence et tu vas y laisser la vie. » Les yeux remplis de malice, la tortue répond :

 « Je le sais bien. Mais pour la première fois, je vois les étoiles. »

 

 G. Ringlet, (1998). « L’évangile d’un libre penseur : Dieu serait-il laïque ? »,

Paris Albin Michel, page 224.

 

1 commentaires

mer.

21

janv.

2009

Le sage et le jardinier

Cet homme avait entendu dire que maître Joshu était saint et que le voir –rien que cela- suffisait à porter bonheur. Il désira donc le connaître. Il s'en fut, un matin, chez lui. Or, comme il franchissait le seuil de son jardin, il aperçut sous un tilleul un vieillard assis, immobile, en profonde méditation. Barbe et cheveux de neige, les yeux clos, les mains jointes. Le visiteur, impressionné, s'avança vers le jardinier qui ratissait l'allée de sable et lui dit, désignant le sage dans les jeux d'ombre et de soleil :

- Est-ce bien là maître Joshu ?

- Non, répondit le jardinier. Joshu c'est moi, pour vous servir. Lui, là-bas, c'est mon apprenti.

Henri Gougaud,

L'Almanach

 

0 commentaires

jeu.

15

janv.

2009

Le grand froid et les maladies

 

En période de grand froid, notre organisme se mobilise pour lutter contre la baisse de température. Les réactions qu'il met en oeuvre sont susceptibles d'interférer avec certaines maladies, notamment cardiaques ou respiratoires. Il en est de même pour certains médicaments.


Le froid aggrave certaines maladies
Lorsqu'il fait très 
froid, le corps augmente par tous les moyens sa production de chaleur pour maintenir une température corporelle adéquate. En plus des frissons (reflet de l'activité musculaire), et d'une augmentation générale du métabolisme, on observe une vasoconstriction cutanée (diminution de la circulation du sang à la surface de la peau) et une augmentation du rythme cardiaque. C'est ainsi qu'une période de grand froid est susceptible d'aggraver certaines maladies préexistantes, notamment cardiovasculaires et respiratoires, parallèlement au risque d'accidents aigus comme l'hypothermie et les engelures.

voir l'article sur e-santé

 

 

1 commentaires

jeu.

15

janv.

2009

La vie c'est ça!

Je connais des adolescents qui découvrent autour d'eux le monde, qui s'indignent de ses injustices, de ses folies meurtrières, et qui décident que la vie est abominable. Ce ne serait qu'une confusion parmi d'autres si celle-là ne pouvait pousser les plus vulnérables de nos enfants au désespoir et au suicide. Le monde est certes un lieu inhospitalier dont nous faisons trop souvent, pour notre malheur, un dépotoir. La vie, c'est autre chose.

Au coin de mon immeuble, sur le trottoir, une touffe d'herbe s'est frayé un passage dans une fente de béton. La vie, c'est ça. Une incessante poussée vers le haut (l'inverse de la pesanteur, en quelque sorte), une impatience, une force qui sans cesse nous attire, qui nargue la mort, qui la nie même, qui la repousse tous les jours à demain. La vie, c'est le désir de perpétuer notre présence au monde. C'est notre appétit, notre envie de ne pas en démordre.

Henri Gougaud, Le rire de la grenouille

1 commentaires

mer.

14

janv.

2009

Insolite

L'annulaire serait au centre de la réussite d'un trader!

 

 

 

Ces travaux, publiés dans le dernier numéro des compte-rendus de l'Académie nationale américaine des sciences, montrent que le rapport entre l'index et l'annulaire serait en jeu.

 

L'influence de la biologie sur le succès de ces hommes est à peu près équivalente à l'influence que peuvent avoir des années d'expérience dans ce domaine professionnel, souligne l'équipe de l'Université de Cambridge conduite par le physiologiste John Coates.

Selon les chercheurs, un ratio annulaire/index identique avait déjà été associé à des sports de compétition, notamment au football et au basket.

La différence de longueur entre ces deux doigts est déterminée pendant le développement du foetus et un quatrième doigt de la main relativement plus long que le second sous-entend une meilleure exposition aux hormones androgéniques masculines. Précédemment, d'autre recherches avaient montré qu'une telle exposition pouvait aboutir à une plus grande confiance en soi, donner le goût du risque, permettre une vigilance élevée et un temps de réaction plus rapide.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont mesuré la main droite de 44 traders masculins impliqués dans un certain type de commerce qui nécessite une prise de décisions rapide et des réactions physiques tout aussi vives.

Au bout de 20 mois, ceux qui avaient l'annulaire le plus long, comparé à l'index, gagnaient 11 fois plus d'argent que ceux qui possédaient un quatrième doigt plus court. Pendant la même période, les traders les plus expérimentés gagnaient environ neuf fois plus que ceux qui avaient moins d'expérience. Concernant les seuls traders expérimentés, ceux à l'annulaire long gagnaient cinq fois plus que ceux à l'annulaire plus court.

 

Retrouvez l'article source

 

3 commentaires

mar.

13

janv.

2009

Manosque

Pour ceux qui me demandent des précisions sur Manosque:

 

Porte des hautes terres provençales, Manosque est une ville lumineuse

bénéficiant d'un environnement exceptionnel : à l'est, les gorges du Verdon et le plateau de Valensole avec ses magnifiques champs de lavande, à l'ouest, les collines du Lubéron, en face, le pays de Forcalquier et la fertile vallée creusée par la Durance. "Le véritable trésor de Manosque est sa beauté" écrivait Jean Giono,

l'enfant du pays dont toute l'oeuvre est un hymne à la Provence. Pour prendre toute la mesure de cette beauté, on peut gravir la colline du Mont d'Or ou s'immerger au coeur de cette cité millénaire qui a su préserver son identité avec ses belles demeures, ses splendides portes médiévales… Ville d'art et d'histoire, Manosque séduit tout autant par son dynamisme culturel : Festival de jazz "Musiks à Manosque", festival international du Lubéron… A 45 mn de Marseille,

Manosque est une "ville à la campagne" en plein essor

 

 

2 commentaires

lun.

12

janv.

2009

Dans Psyvox de cette semaine

Halte aux régimes, un article écrit par Michèle Freud, psychothérapeute et sophrologue directrice de l'Ecole Michèle Freud Formation.

 

C'est dans cette école que je me suis formée à la sophrologie il y a quelques années.

 

Merci à Michèle pour sa confiance!

Retrouvez l'actualité de Michèle Freud, ses livres, ses cd sur

 http://www.michelefreud.com/

0 commentaires

lun.

12

janv.

2009

La méthode des petits pas

« Un pas à la fois me suffit »

     

Ganghi

 

À 99 degrés Celsius, l’eau est très chaude. À 100 degrés, elle bout et forme de la vapeur. Un seul degré de différence... qui fait toute la différence.

On ne peut savoir si le pas qu’on est en train faire aujourd’hui est le 46ième «degré», ou le 100ième – celui qui provoquera la chaîne de réaction tant espérée. On ne peut faire que notre possible, avec coeur, en se rappelant que les 99 premiers pas sont aussi importants que le dernier

2 commentaires

dim.

11

janv.

2009

Les tarifs des médecins sur internet

La Caisse nationale d'assurance-maladie met en ligne, à partir de mercredi, les tarifs pratiqués par les médecins du secteur libéral (cabinets de ville, cliniques privées, secteur privé de l’hôpital) pour une centaine d'actes médicaux. Dans le contexte des dépassements d'honoraires, l'assurance-maladie pousse ainsi à la transparence, "pour qu'au moins les patients sachent à quoi s'en tenir en arrivant dans un cabinet médical" (Le Figaro).

Les tarifs pratiqués par chaque médecin libéral pour les actes techniques (actes diagnostics, chirurgicaux et obstétriques) s'ajoutent ainsi aux tarifs des consultations médicales et des actes dentaires mis en ligne sur le site Internet de l'Assurance maladie (ameli.fr) il y a six mois. De plus pou chaque médecin il est précisé s’il est en secteur 1 ou 2.

sources:

Psychomédia
Le Figaro
France Info

 

0 commentaires

dim.

11

janv.

2009

Le coin du rire

Trois hommes, qui après s'être mariés, et avoir eu des enfants, meurent de façon soudaine.


Ils se retrouvent donc tous les 3 devant St Pierre qui leur dit : « Ici, comme le paradis est un immense endroit, vous aurez une voiture pour vous déplacer. La marque de la voiture sera en fonction des fois où vous avez trompé vos femmes.  »

Donc, St Pierre ouvre son grand livre et dit au premier homme :
« Je vois que votre réputation de coureur de jupons est vérifiée.
Je plains votre femme. Mais comme vous étiez gentil avec elle
Dieu vous offre une Renault. »

Penaud l'homme part en direction du paradis dans sa Renault.

Alors, St Pierre regarde le deuxième homme et dit : « Vous êtes un peu mieux, vous avez trompé votre femme 2 fois seulement, Dieu vous offre une Mercedes. »

L'homme heureux part en direction du paradis avec sa Mercedes.

Alors, St Pierre regarde le dernier et dit : « Alors vous, vous êtes un saint, vous n'avez jamais trompé votre femme, pour vous féliciter Dieu vous accorde Une Lamborghini. »

L'homme heureux part tout fier dans sa voiture de rêve.

Le lendemain l'homme à la Renault rencontre l'homme à la Lamborghini,
celui-ci pleurait comme un enfant sur le capot de sa voiture.
L'homme à la Renault : « Voyons ! Qu'est-ce qu'il se passe ? »

L'homme à la Lamborghini : « Je viens de voir passer ma femme en trottinette !!!»

2 commentaires

sam.

10

janv.

2009

Les objectifs du traitement psychologique de la douleur

·         Une meilleure gestion des émotions

·         Apprendre à mieux communiquer au sujet de la douleur avec son entourage, faire des demandes raisonnables

·         S’affirmer dans le respect de l’autre

·         Apprendre à reconnaître dans son discours intérieur les pensées négatives

·         Apprendre à remplacer les pensées négatives par des pensées plus réalistes voire positives

·         Comprendre ses schémas de fonctionnement

·          Un meilleur contrôle des comportements associés à la douleur

·         Définir des objectifs réalistes.

·         S’autoriser des plaisirs en tenant compte de la douleur

·         Travailler sur la respiration, le rythme cardiaque, la relaxation pour concrètement gérer la douleur

 

Les objectifs sont d'ordre cognitif, comportemental et physiologique

1 commentaires

sam.

10

janv.

2009

Carl Rogers

Les Qualités de la Personne d'aujourd'hui, selon Carl Rogers

En 1980, Carl Rogers consacrait un chapitre de son dernier livre "A Way of Being" aux qualités requises pour la personne de demain, celle qui saurait relever les défis de la complexité des enjeux humains, économiques et écologiques.

 

 

1. Ouverture

Ouverture au monde, intérieur et extérieur, à de nouvelles manières de voire, de nouvelles expériences, de nouvelles idées, de nouveaux concepts

2. Désir d'Authenticité
Dire les choses telles qu'elles sont, rejeter l'hypocrisie, la tromperie et le double discours.

3. Scepticisme à l'égard des sciences et de la technologie
Rejet des sciences en tant que moyen de conquête de la nature ou de contrôle de l'homme mais soutien des solutions favorisant son développement.

4. Désir de Complétude
N'aime pas vivre dans un monde compartimenté (corps/esprit, travail/jeu, santé/maladie...), elle s'efforce de vivre sa vie en tant qu'expérience globale.

5. Un besoin d'Intimité
Recherche de nouvelles formes de proximité, de communauté d'intérêts, reposant sur une communication à la fois sensible et raisonnée, non-verbale autant que verbale.

6. Adepte du Changement
Orientée flux et process, elle a une certitude : la vie n'est que changement. Elle la vit pleinement et accepte la prise de risque inhérente.

7. Humaine
Avide d'apporter son soutien aux personnes en réel besoin, sans aucune forme de jugement

8. Proximité à la nature
Dotée du sens de l'écologie, elle se sent alliée aux forces de la nature et non plus à sa conquête.

9. Anti-institutionnelle
Pense que les institutions devraient être au service des personnes et non le contraire, et rejette la bureaucratie hyperstructurée et inflexible.

10. L'autorité intérieure
A confiance en sa propre expérience, son propre avis et rejette l'autorité imposée de l'extérieur.

11. Distance vis-à-vis des contingences matérielles
Les récompenses et le confort matériel l'indiffèrent, le statut et l'argent ne sont pas ses objectifs.
12.  En quête de spiritualité
En quête, à la recherche de la paix intérieure. Elle désire trouver un sens à sa vie capable de transcender son ego. Parfois en état modifié de conscience, elle expérimente l'unité et l'harmonie de l'Univers.

Source : “Way of Being“, Carl Rogers

 

1 commentaires

sam.

10

janv.

2009

La pensée positive


La pensée optimiste

Les optimistes expliquent les événements positifs comme s'étant produits à cause d'eux (cause interne). Ils voient ces événements comme des indications qu'ils sont capables de faire en sorte que d'autres choses positives arrivent dans le futur et dans d'autres domaines de leur vie. Leur confiance en soi est rehaussée par les événements positifs.

Inversement, ils ont tendance à voir les événements négatifs comme n'étant pas de leur faute (cause externe). Ils les voient comme étant isolés et n'ayant rien à voir avec d'autres domaines de leur vie. Leur confiance en soi n'est pas affectée.

Par exemple, si une optimiste obtient une promotion, elle croira probablement que c'est parce qu'elle est compétente dans son travail, et qu'elle recevra plus de bénéfices et de promotions dans le futur. Si elle n'obtient pas la promotion, elle pensera que c'est à cause de circonstances atténuantes, probablement parce qu'elle était partie en vacances, et qu'elle fera mieux dans le futur.

Pour une personne optimiste, les événements négatifs passent comme sur le dos d'un canard mais les évenements positifs renforcent sa confiance en soi et son estime de soi, et confirment sa capacité de provoquer des bonnes choses ainsi que la bonté de la vie.

Psychomédia


1 commentaires

sam.

10

janv.

2009

Pensées positives

Louise L. Hay (Pensées pour transformer votre vie)

1. J'habite un monde d'amour et d'acceptation.

2. La vie m'aime et je suis en sécurité.

3. Je fais confiance en l'Intelligence divine pour influencer mes affaires et je cours de succès en réussite.

4. Je parle avec sagesse et discernement.

5. Désormais je prends mon corps en charge avec amour.

6. Je me réjouis de l'amour que j'ai à donner.

7. C'est l'amour qui anime ma vie.

8. Je reçois l'amour que je donne.

9. Financièrement, je suis toujours à l'aise.

10. Je trouve de l'aide partout où je me trouve.

11. Je suis le créateur et l'acteur de ma vie.

12. Je suis ici pour remplir une mission.

13. Toutes mes nouvelles habitudes m'aident de façon positive.

14. Aujourd'hui je choisis de dépasser mes limites d'hier et de m'ouvrir à quelque chose de nouveau.

15. Je mets de l'amour dans mon regard et je vois tout clairement.

16. Il n'y a pas quelque chose à faire. Il y a quelque chose à savoir.

17. Plus je comprends de choses et plus mon univers s'élargit.

18. Je me fais toujours confiance.

19. La manière dont nous voyons ce qu'il y a à l'extérieur de nous reflète ce qu'il y a en nous.

20. Mon corps est un ami et j'en prends soin.

 

 

1 commentaires

ven.

09

janv.

2009

Respirez par le ventre

respirez par le ventre
respirez par le ventre

Respirez par le ventre : c'est bon pour déstresser, digérer ...et se muscler!

On respire grâce à nos poumons ! Certes, mais on oublie souvent que la respiration requiert la participation de nombreux muscles, dont le diaphragme, lequel peut aussi être sollicité par le ventre. C'est ainsi qu'apprendre à respirer par le ventre est particulièrement bénéfique, même pour le fonctionnement intestinal.

 

Exercice pour apprendre à respirer par le ventre

  • Installez-vous dans un endroit calme et silencieux. Placez-vous debout, jambes tendues, et penchez-vous légèrement vers l'avant, sans forcer, tête et épaules relâchées. Posez délicatement une main sur votre ventre, juste pour bien ressentir les mouvements de votre ventre.

 

  • Imaginez que votre ventre est un ballon qui se gonfle et se dégonfle:
    Lorsque vous inspirez, gardez votre thorax plat, et gonflez votre ventre comme pour gonfler le ballon le plus  possible.
    Lorsque vous expirez, laissez toujours votre thorax plat, et remontez le ventre en le creusant, comme si le ballon se dégonflait.

  • Une fois l'exercice assimilé, il peut aussi être pratiqué en position assise ou allongée

 

  • A force de réaliser cet exercice, la respiration par le ventre deviendra naturelle et vous le ferez de plus en plus souvent sans y penser. Votre ventre va s'assouplir, tout en se musclant.
    Gardez le réflexe de respirer par le ventre en cas de stress, pour vous relaxer, en cas de maux de tête, etc.

 

 

2 commentaires

jeu.

08

janv.

2009

La sophro dans Paris Match

Paris  Match de cette semaine nous offre un article sur la sophrologie.

 

La journaliste Emilie Blachère nous en parle en ces termes:

 

"Respiration et évasion mentale sont les clés de cette pratique thérapeutique qui séduit de plus en plus. Ses bienfaits permettent de gérer les émotions".

 

Bravo à ma collègue Laurence ROUX FOUILLET  de l'Espace du calme pour ses (toujours) bons conseils.

Pour retrouver l'article complet

1 commentaires

jeu.

08

janv.

2009

Faire face au froid

Le grand froid, le vent glacé, la neige sont des risques météorologiques à ne pas négliger. Ils peuvent être dommageables pour la santé. Leurs effets sont insidieux et peuvent passer inaperçus. Il faut donc redoubler de vigilance.

Chaque année, des centaines de personnes sont victimes de pathologies provoquées par le froid. Celui-ci agit directement en provoquant gelures et hypothermies. Il favorise les crises d’asthme et d’insuffisance coronarienne aiguë (angine de poitrine), ainsi que le développement d’infections broncho-pulmonaires.

En outre, une des conséquences indirectes du froid est le risque accru d’intoxication par le monoxyde de carbone, première cause de mortalité par toxique en France.

En cas de grand froid :

Limitez au maximum les activités extérieures si vous faites partie des personnes à risque. Sauf nécessité impérative, évitez de sortir votre nourrisson en période de grand froid.

Si vous devez tout de même sortir à l’extérieur :

·        Adaptez votre habillement : couvrez-vous la tête car c’est une partie du corps où il peut y avoir jusqu’à 30% de déperdition de chaleur.

·         Soyez particulièrement vigilants pour les nourrissons et les enfants.

À la maison :

·        Assurez-vous du bon fonctionnement des ventilations et des appareils de chauffage qui doivent avoir été entretenus avant utilisation.

·        N’obstruez pas les bouches d’aération et aérez quotidiennement votre habitation.

·         Maintenez la température ambiante à un niveau convenable, y compris dans la chambre à coucher (19 °C).

Remettez tout voyage prolongé en automobile s’il n’est pas indispensable.

·        Si vous devez absolument vous déplacer en voiture, munissez-vous de nourriture et d’eau en quantité suffisante, prenez des couvertures (dont au moins une couverture de survie et des vêtements de rechange chauds). Si vous avez un traitement médicamenteux en cours, pensez à le prendre avec vous.

 

·          Si vous êtes bloqués dans votre voiture, faites tourner le moteur 10 minutes toutes les heures, entrebâillez la fenêtre pour éviter l’intoxication au monoxyde de carbone. Faites de temps en temps des exercices en bougeant vigoureusement les bras, les jambes, les doigts afin de maintenir une bonne circulation.

Faites attention à la consommation de boissons alcoolisées : contrairement à une idée reçue, l’alcool ne réchauffe pas et il diminue votre perception des conséquences du froid.

Enfin, pensez à donner régulièrement de vos nouvelles à votre famille ou à votre voisinage, si vous êtes âgé ou handicapé et si vous vivez seul(e).

Pour en savoir plus :

·         Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative - Dossier "Grand froid"
Plateforme téléphonique
« infoministère » : 0 820 03 33 33
0,12 euros la minute, du lundi au samedi, de 9h à 19h

·         

Campagnes de prévention INPES :
Vagues de grand froid et de très grand froid
Virus respiratoires, grippe, bronchite, rhume
Intoxications au monoxyde de carbone

Vous pouvez retrouver toutes ces recommandations sur le site du Ministère de la Santé.

 

1 commentaires

jeu.

08

janv.

2009

Comment se déroule une séance individuelle de sophro?

Un moment pour soi, pour découvrir toutes ses richesses intérieures :

Un premier temps de dialogue permet de définir l'objectif de la séance, le second temps est consacré à la relaxation, enfin la verbalisation de fin de séance permet d'exprimer son vécu pendant la phase de détente.
Selon l'objectif de la séance je propose différentes techniques de relaxation : 

 

  • Travail sur la respiration
  • Prise de conscience de son corps et détente segment après segment
  • Visualisation
  • Activation du positif
  • Circulation de l'énergie ...

    Le cadre, essentiel pour la relaxation comporte : musique relaxante, diffusion d'huiles essentielles, lumière douce.



1 commentaires

lun.

05

janv.

2009

Les dix conseils santé pour 2009

Parce que Pause Détente prône la santé globale, je vous envoie les dix conseils santé de l'année que vous pouvez retrouvrer sur e-santé.

Il s'agit de bonnes résolutions, je fais une liste et je l'applique...

Juste du bon sens...

1) Cette année, mettez-vous au sport
2) Cette année, mangez bio

3) Cette année, aérez !
4) Cette année, faites-vous dépister !

5) Cette année, adoptez un comportement écologique
6) Cette année, protégez vos oreilles

7) Cette année, prenez soin de vos dents
8) Cette année, faites contrôler votre vue !
9) Cette année, mangez 5 fruits et légumes

10) Cette année, mangez du poisson deux fois par semaine

Pause Détente vous souhaite un pogramme fructueux de bonnes résolutions!



2 commentaires

dim.

04

janv.

2009

Psyvox est né!

Je souhaite une longue et fructueuse vie à Psyvox, la nouvelle plate forme participative de Pause Détente. Il s'agit d'un espace où chacun d'entre nous,  pouvons mutualiser nos écrits sur la psychologie et le bien être. Psyvox est soumis aux droits d'auteur et à une politique éditoriale.

N'hésitez pas à envoyer vos écrits et travaux. Psyvox les publiera...

3 commentaires

dim.

04

janv.

2009

Pour bien démarrer l'année

Le yoga des yeux...

Pour améliorer la vue en faisant traviller les muscles des yeux!

Pour qui: absolument tout un chacun...

 

  • Placez votre bras droit devant vous, tout en gardant l’épaule détendue. Faites un poing avec la main et maintenez le pouce à la verticale, à hauteur des yeux et à environ 30 cm de ceux-ci.
  • Fixez successivement:

- le bout de votre nez
- le pouce
- l’infini (le point le plus lointain devant vous, s’il y a un mur … imaginez un point très lointain)

  • Commencez à un rythme lent, puis progressivement accélérez et jouez en alternant différemment les points que vous fixez, par exemple:

le pouce, l’infini, le bout du nez, l’infini, le pouce, le bout du nez, le pouce, l’infini, le pouce, l’infini, …

  • Pratiquez le pendant 1 à 2 minutes. Régulièrement … et même tous les jours si vous voulez.
  • Ensuite, frottez les mains l’une contre l’autre, afin de créer de la chaleur sur les paumes. Puis, placez les paumes par-dessus les yeux, sans les toucher. Fermez les yeux. Ressentez la douce chaleur qui émane de vos mains et détend vos yeux…

Bon yoga à tous

Partagez vos expériences...

2 commentaires

ven.

02

janv.

2009

Bonne année

Bonjour à tous...

 

Je vous présente tous mes voeux pour 2009...

Evidemment la santé, une belle et bonne année 2009, en travail, en amour, en recherche du bien être et du bien vivre...

 

Et j'envoie un message d'espoir à un ami cher (qui se reconnaîtra) et lui dit de cultiver la petite flamme en lui, que les épreuves nous rendent plus fort (bien qu'il soit déjà très fort...)

 

Profitez des commentaires pour faire passer vos voeux...(surtout n'oubliez pas de vous souhaiter à vous même des bonnes choses!)

3 commentaires

ven.

19

déc.

2008

Estime de soi

 

Le travail sur l'estime de soi est un travail de longue haleine, pour commencer je vous propose chaque soir avant de vous endormir de relever trois choses positives qu'il vous est arrivé dans la journée:

  • Un compliment
  • La manière positive avec laquelle vous avez réagi dans une situation précice
  • Une bonne parole
  • Une bonne nouvelle
  • Un cadeau
  • etc

 

3 commentaires

Visualisation

Je ne sais pas pourquoi ce petit jeu internet m’amuse, cliquez ici, puis cliquez partout sur votre écran.

A chaque clic votre écran se remplira d’une jolie fleur.

Composez votre jardin, vous allez voir pousser des fleurs à toute allure, presque une ivresse.

(Si vous maintenez le clic gauche, vous aurez un vrai feu d’artifice floral)

Puis fermez les yeux et RESPIREZ l’odeur de vos fleurs.

Attendez encore un peu et laissez venir le soleil derrière vos paupières fermées.

On est bien là, dans le jardin, au soleil, ça sent bon, non ?

Belle visualisation à tous !