Christophe André et la psychologie positive

 

Ce qui nous rend plus costauds»

 

Le Nouvel Observateur. - Vous êtes une autorité de la psychologie positive en France et vous abordez souvent la question du bonheur dans vos livres. Pourquoi ?
Christophe André. - Parce que nous ressentons davantage d'émotions négatives que positives. C'est une donnée objective de notre psychobiologie. Dans les études où les gens doivent citer le maximum d'adjectifs décrivant leurs états d'âme, on obtient trois quarts de termes négatifs pour un quart seulement de positifs. Les émotions négatives, comme la méfiance, la haine, la prudence, présentent un avantage adaptatif et sont indispensables à la survie. Mais elles nous fragilisent et grignotent notre joie de vivre. Or dans la logique de l'évolution, les émotions positives sont aussi très précieuses pour la capacité à explorer l'environnement ou à se réparer après une blessure. Il suffit d'augmenter légèrement les états d'âme positifs d'une personne - par des petites manipulations de labo, comme de le faire gagner à des jeux simples, ou de lui faire un petit compliment - et aussitôt sa créativité, son esprit de synthèse, sa curiosité vont bondir. En thérapie, on peut donc se servir des émotions positives pour limiter l'impact des négatives.

N. O.
- Quelles sont les évolutions thé rapeutiques en psychologie positive ?
Ch. André. - Nous commençons à voir apparaître des groupes de méditation de pleine conscience. J'en anime un à l'hôpital Sainte-Anne pour la prévention des rechutes dépressives et anxieuses. Ces exercices de méditation centrée sur l'instant présent sont très utiles pour des patients émotionnellement vulnérables. Ils voient que l'esprit a tendance à anticiper ou à ruminer, ils apprennent à ne pas se laisser embarquer, à revenir doucement sur l'instant présent. On intègre des exercices très simples de psychologie positive : apprendre à s'extraire d'une journée stressante, se poser, respirer, regarder le ciel et sourire en pensant «je suis vivant». Cette psychologie du bonheur repose sur de toutes petites touches qui peuvent paraître niaises, mais leur efficacité est prouvée !

N. O.
- Quel est l'apport spécifique de la psychologie positive par rap port aux thérapies comportementales et cognitives (TCC) ?
Ch. André. - C'est une branche du même arbre, mais là où les TCC se focalisent sur la maladie, la psychologie positive agit en amont et en aval. En prévention primaire, elle renforce chez les gens ce qui va les rendre costauds face à l'adversité. Et dans le suivi, elle les aide à ne pas rechuter.

* Christophe André est psychiatre à l'hôpital sainte-anne. il a publié en 2006 «imparfaits, libres et heureux» (odile jacob) et «de l'art du bonheur» (l'iconoclaste).

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    lucie (mercredi, 18 février 2009 15:23)

    Le livre de c andré libres, imparfaits et heureux c'est ma bible...
    J'aimerai tellment que tout le monde le lise pour se sentir bien.

  • #2

    sophie (vendredi, 20 février 2009 23:13)

    Je n adhere pas tellement à cet homme mais pourquoi pas? le psychiatre qui me parle le plus et qui a l air tres competent et empathique c est marcel rufo!