La plupart des gens acceptent de torturer s'ils s'en font donner l'ordre

Près de 50 ans après la célèbre expérience de Milgram, un psychologue social américain l'a reproduite et a constaté que les gens sont toujours aussi disposés à administrer à d'autres ce qu'ils croient être des chocs électriques douloureux quand ils se le font demander par une figure d'autorité.

Dans l'expérience de Stanley Milgram de l'Université Yale, publiée en 1963, des volontaires, croyant qu'ils testaient les effets de la punition sur l'apprentissage, administraient ce qu'ils croyaient être des chocs électriques, d'intensités de plus en plus grandes, à une autre personne (qui était en fait un acteur) se trouvant dans une pièce séparée.

Un expérimentateur demandait aux participants de donner des chocs, de plus en plus forts, chaque fois que la personne donnait une réponse erronée. Après avoir entendu les premiers cris de douleur, à 150 volts, 82.5% des participants continuaient à administrer les chocs, et de ceux-ci, 79% ont continué à en donner jusqu'à la puissance maximale du générateur, soit 450 volts.

Jerry M. Burger, de l'Université Santa Clara (Californie), a reproduit l'expérience avec 70 participants (29 hommes et 41 femmes) et a constaté que les taux d'obéissance aux demandes de l'expérimentateur étaient à peine plus faibles que ceux constatés par Milgram: 70% des participants poursuivaient au-delà de 150 volts, après des cris de douleur de l'acteur. L'expérience était alors arrêtée.

"Dans l'expérience de Milgram, presque 4 participants sur 5 qui continuaient après 150 volts, poursuivaient jusqu'à la limite de la machine de 450 volts", dit Burger.

L'expérience de Milgram avait été vivement critiquée en raison de la détresse qu'elle faisait vivre aux participants. Depuis, les expériences psychologiques sont soumises à des normes éthiques plus restrictives.

Dans cette dernière expérience de Burger, les participants se faisaient dire, au moins trois fois, qu'ils pouvaient se retirer de l'expérience en tout temps et qu'ils recevraient quand même leur paiement de $50.00. Avant de commencer à donner les chocs, ils recevaient eux-mêmes un exemple de choc de faible voltage, 15 volts (comparativement à 45 volts dans l'expérience de Milgram).

Comme dans l'expérience de Milgram, aucune différence n'a été constatée entre les hommes et les femmes.

Lorsqu'ils sont sous pression, les gens peuvent faire des choses effrayantes, dit l'auteur. Bien qu'il soit difficile de transposer ce travail de laboratoire dans le monde réel, dit-il, le phénomène démontré peut expliquer partiellement que, dans des temps de conflit, les gens puissent prendre part à des génocides.

Le phénomène, mentionne l'auteur, n'est pas étranger à la culture de la société. Culture où le conformisme est une valeur dominante.

Ces résultats sont rapportés dans le numéro de janvier de la revue American psychologist.

Psychomédia avec sources:
American Psychological Association

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    fred (samedi, 24 janvier 2009)

    impressionnant,ça inquiète sur notre part d'ombre

  • #2

    sophie (samedi, 31 janvier 2009 16:07)

    c est vraiment affolant! Dans un autre domaine, une banquiere poignardée en pleine rue, tout le monde regarde la scène et personne n intervient... resultat= elle est decedée.